BFM Business

Voici les salaires des patrons des entreprises publiques

GuillaumePepy, le patron de la SNCF, émarge à 450.000 euros par an

GuillaumePepy, le patron de la SNCF, émarge à 450.000 euros par an - Stéphane de Sakutin-AFP

Bercy vient de publier les rémunérations des 64 patrons d'entreprises dans lesquelles l'Etat est actionnaire. Cela va de moins de 150.000 euros par an à plus de... 3 millions !

Quoi de commun entre le président du port de Dunkerque et celui d'Airbus Groupe? Les deux sont à la tête d'entreprises dont l'Etat est actionnaire, majoritaire ou non. Mais le premier a gagné l'an dernier 147.000 euros bruts quand le second a touché 3,1 millions ! Ces chiffres sont contenus dans le rapport 2014/2015 de l'Agence des participations de l'Etat qui vient d'être mis en ligne par Bercy.

Rémunération plafonnée

Globalement, les dirigeants du public n'arrivent pas à rivaliser avec ceux du privé. D'autant que la rémunération des patrons des groupes détenus majoritairement par l’Etat est plafonnée depuis l’arrivée de François Hollande à 450.000 euros par an, quelle que soit leur performance.

C’est le cas de Jean-Bernard Levy à EDF, Guillaume Pepy à la SNCF, Philippe Wahl à la Poste ou encore Augustin de Romanet à Aéroport de Paris. 

Mais à côté, il y a ceux qui ont la chance d’être dans une entreprise dans laquelle l’Etat détient simplement une participation. Comme Orange (25,4 % du capital) où son PDG, Stéphane Richard, a touché l’an dernier 1,3 million dont 418.000 euros de part variable. Chez Air France-KLM, Alexandre de Juniac a perçu 645.000 euros dont 45.000 seulement de variable vu la situation du groupe. 

Chez Safran (21,99%), Jean-Paul Herteman, qui a quitté le groupe en 2015, a touché 1,6 million. Gérard Mestrallet, le patron d'Engie (ex-GDF-Suez) a émargé, lui, à 1,68 million, dont 379.000 euros de part variable.

Il aurait dû toucher davantage, mais l'ancien patron du groupe a renoncé à 30% de sa rémunération globale en raison dixit le rapport de "la situation difficile du secteur de l'énergie en Europe et des impacts sur le groupe et ses actionnaires". 

L'Etat opposé aux actionnaires

Mais les deux dirigeants d’entreprise les mieux payés dans lesquelles l’Etat détient des parts restent Carlos Ghosn chez Renault (15,01% du capital) avec 3 millions d’euros dont 1,8 million de variable. Et Thomas Enders, chez Airbus Group (10,94%) avec 3,1 millions. Il est à noter que l'entreprise est de droit néerlandais.

Enfin, PSA est entré en 2014 dans le giron de l'Etat. Le rapport de l'APE évoque donc la rémunération de son patron, Carlos Tavares: 2,74 millions dont 1,6 million de part variable. 

Dans les cas de Renault et d'Airbus groupe, les représentants de l’Etat au conseil d’administration ont bien voté contre ces rémunérations. Mais sans succès....

Radio France paie moins qu'Arte

Quant à l’audiovisuel, le PDG de France télévisions, Remy Pflimlin, a touché l'an dernier 400.000 euros. C’est largement plus que son homologue de Radio France, Mathieu Galley, avec seulement 222.000 euros. Lui-même a été dépassé par la présidente d’Arte, Véronique Cayla, qui a perçu 259.000 euros. 

L'Etat actionnaire en chiffres

> 64 entreprises 

> 110 milliards d'euros de participations

> 143 milliards de chiffres d'affaires

> 1,79 million de salariés

> 4,1 milliards de dividendes versés à l'Etat

> 787 administrateurs de l'Etat

Chiffres 2014. source: rapport 2014/2015 de l'APE

P.C