BFM Business

Vers une meilleure traçabilité des produits de consommation?

L'étiquetage du pays d'origine va devenir obligatoire.

L'étiquetage du pays d'origine va devenir obligatoire. - -

Le Parlement européen a voté, ce mardi 15 avril, en faveur d'une nouvelle réglementation sur la traçabilité des produits de consommation. Mais des blocages existent encore.

Petite victoire pour la France et son "made in". Le Parlement européen s'est prononcé, ce mardi 15 avril, à une très large majorité, en faveur d'une nouvelle réglementation pour améliorer la traçabilité des produits de consommation qui passe par l'étiquetage obligatoire du pays d'origine.

Cette décision a été prise en première lecture et servira de base pour les négociations entre les Etats membres et le prochain Parlement européen.

Cette législation pourrait, dans le meilleur des cas, entrer en vigueur en 2015, mais le Conseil, qui représente les Etats, "pour l'instant bloque tout dialogue en raison du caractère controversé de certaines dispositions, dont le marquage d'origine", rappelle l'eurodéputé français Philippe Juvin (PPE, droite).

L'Allemagne bloque

En l'état, le Parlement s'est prononcé mardi en faveur de l'apposition d'une mention "made in" sur les produits non alimentaires circulant dans l'Union européenne, à quelques exceptions près comme les médicaments.

Avec cette mention, "les fabricants et les importateurs devront s'assurer que les produits (ou leur emballage) portent l'indication du pays d'origine du produit. Pour les produits fabriqués dans l'UE, il faudra choisir entre l'indication d'un État membre de l'Union et une indication générique ("Made in the EU")", a expliqué la Commission européenne.

Cette prise de position du Parlement a suscité l'enthousiasme côté français, où le nouveau ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a fait du "made in" une de ses batailles.

Si la France est satisfaite, les discussions entre Etats de l'UE risquent d'être difficiles, car deux camps s'affrontent. L'un est mené, outre la France, par l'Italie et l'Espagne, et défend cette mention du pays d'origine pour renforcer la traçabilité des produits. L'autre rassemble l'Autriche, la Pologne et surtout l'Allemagne, dont le label d'excellence "made in Germany" serait mis en danger par une traçabilité accrue qui pourrait révéler que le plus gros de sa fabrication a en fait été réalisé dans des pays tiers.

D. L. avec AFP