BFM Business

Vu d'Italie, le tunnel Lyon-Turin coûtera beaucoup plus d'argent qu'il n'en rapportera

Les coûts liés à la construction de la liaison ferroviaire Lyon-Turin dépassent de 7 milliards d'euros les bénéfices, selon l'analyse d'experts italiens de ce projet remise par Rome à Paris.

Les coûts liés à la construction de la liaison ferroviaire Lyon-Turin dépassent de 7 milliards d'euros les bénéfices, selon l'analyse d'experts italiens de ce projet remise par Rome à Paris. - Jean-Pierre Clatot-AFP

Les coûts liés à la construction de la liaison ferroviaire Lyon-Turin dépasseraient de 7 milliards d'euros les bénéfices, selon l'analyse d'experts italiens remise à Paris. L'élément central est un tunnel de 57,5 km au coût de 8,6 milliards d'euros, qui a commencé à être creusé dans les Alpes.

Le gouvernement italien a remis aux autorités françaises un rapport défavorable dans son analyse sur le futur axe ferroviaire Lyon-Turin. Rédigé par une commission d'experts italien, ce document précise que les coûts liés à sa construction dépassent de 7 milliards d'euros les bénéfices, écrit mercredi le quotidien transalpin La Stampa. Selon plusieurs médias, dont le quotidien de référence des milieux économiques, Il Sole 24 Ore, les analyses coûts-bénéfices de ce genre portent sur une période de 50 ans.

Dans la foulée de la remise de ce rapport, une rencontre bilatérale sera rapidement organisée alors que la France presse l'Italie de trancher sur le dossier.. En visite vendredi dernier en Savoie sur le chantier du tunnel ferroviaire Lyon-Turin, la ministre des transports, Élisabeth Borne, avait invité l'Italie à prendre rapidement des décisions sur son engagement dans le projet afin que son calendrier soit respecté.

La France presse l'Italie de trancher

"Nos voisins italiens souhaitaient des expertises complémentaires et on respecte leur processus de décision. Mais il y a aussi des échéances qui nécessitent que des décisions soient prises dans un calendrier compatible avec la mobilisation des financements européens", a déclaré la ministre française.

Le projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin divise profondément la coalition populiste au pouvoir à Rome, qui a donc commandé une analyse coûts-bénéfices avant de se prononcer. Cette liaison ferroviaire, qui prévoit le percement d'un tunnel dans les Alpes pour rapprocher Lyon et Turin, est soutenue par la Ligue de Matteo Salvini (extrême droite). En revanche, le Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème) de Luigi Di Maio y est hostile et a promis de mettre fin à ce qu'il considère comme un gaspillage d'argent public.

Les experts italiens ont déjà été contre le projet par le passé

Selon des parlementaires du Parti démocrate (PD, opposition de centre-gauche), cinq des six membres de la commission qui a préparé cette analyse, dont le président, avaient exprimé dans le passé des jugements négatifs sur ce projet. On ignore les critères utilisés pour ce rapport. Mais par le passé, l'utilisation de certains critères pour des analyses similaires avait été critiquée par la Ligue et est considérée comme contraire à ceux appliqués par l'Union européenne.

Ces analyses inscrivaient dans la partie "coûts" la baisse des recettes pour l'Etat en raison d'une moindre consommation de carburant, entraînant moins d'accises (taxes) encaissées, et une réduction des entrées liées au péages autoroutiers, la circulation des personnes et des biens passant partiellement de la route au rail.

Frédéric Bergé avec AFP