BFM Business

Une usine pilote de batteries pour voitures électriques bientôt inaugurée en Charente

-

- - Tobias SCHWARZ - AFP

Le ministre français de l'Économie annonce l'inauguration prochaine d'une usine pilote franco-allemande de batteries pour voitures électriques en Charente.

C'est à Nersac précisément que cette usine pilote verra le jour. Elle sera inaugurée le 24 janvier par le ministre Français de l'Economie et des Finances et son homologue allemand. 200 emplois vont ainsi être crées. Annonce faite par Bruno le Maire dans le Journal du Dimanche, qui précise qu'un site de production verra le jour en 2022 avec PSA. 

Deux ans déjà que le projet de construction d'une filière européenne de batteries pour voitures électriques a été lancé. La commission européenne avait finalement donné son feu vert début décembre à cet "Airbus des batteries" avec le versement d'une aide colossale: 3,2 milliards d'euros, versés par sept État membres dont l'Allemagne et la France, à un consortium de 17 entreprises.

Opel, Peugeot, Total et Saft associés au projet

En septembre, à l'issue du 50ème Conseil économique et financier franco-allemand à Bercy, le ministre français et son homologue allemand Peter Altmaier avaient précisé que Opel, Peugeot, Total et Saft (entreprise française spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation d'accumulateurs électriques à usage industriel) étaient associés à ce premier projet. "La première usine de fabrication, qui représente 2.000 emplois, sera installée en France en 2022" puis la deuxième "en Allemagne en 2024", avaient alors précisé les ministres.

"L'enjeu économique de notre génération est là : transformer une production carbonée en production décarbonée et concilier croissance économique et transition écologique" et "cela passe par des incitations fiscales, des investissements, la création de nouvelles filières économiques", déclare Bruno Le Maire dans le Journal du Dimanche. 

Le président présentera en outre "des mesures concrètes d'ici quelques semaines dans le cadre du Pacte productif".

Sandrine Serais avec AFP