BFM Business

Trump a-t-il raison d'affirmer que les vins américains sont trop taxés par la France?

Lundi, le président américain a une nouvelle fois menacé de taxer davantage les vins importés de France, jugeant les droits de douane appliqués dans l'Hexagone beaucoup plus élevés qu'aux États-Unis.

Donald Trump menace une nouvelle fois de s’en prendre au vin français. Lundi, le président américain a estimé que la France taxait "beaucoup le vin" américain, tandis que les États-Unis taxaient "peu le vin" en provenance de l’Hexagone.

Les États-Unis "autorise le vin français -qui est très bon- (...) à entrer pour rien. Ce n'est pas juste, nous allons faire quelque chose pour (rééquilibrer) ça", a promis Donald Trump.

Selon le locataire de la Maison Blanche, le vin américain serait donc victime de concurrence déloyale. Ce qui n’est pas totalement faux (bien qu'exagéré) si l'on se fie uniquement aux niveaux des droits de douane imposés sur le vin français outre-Atlantique, moins élevés que ceux appliqués sur le vin américain arrivant dans l’Hexagone.

La France ne fixe pas ses tarifs douaniers 

Mais Donald Trump se trompe de cible. Car la France, en tant que membre de l’Union européenne, ne fixe pas la taxation des produits importés de manière unilatérale. En effet, les 28 États membres de l’Union douanière appliquent tous les mêmes tarifs douaniers sur les produits importés.

L'accès des vins américains au marché de l'Union européenne "se fait dans les mêmes conditions" que pour les vins de la plupart des pays fournisseurs comme l'Australie ou l'Argentine, conformément aux règles de l'OMC, souligne par ailleurs la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS). "Ce tarif extérieur est commun et établi au niveau de l'Union européenne et non de la France. Il concerne les importations dans tous les pays de l'UE et n'a pas connu d'évolution depuis 20 ans" précise la FEVS.

Des tarifs européens plus élevés

La différence avec les tarifs américains n’est pas colossale, mais le déséquilibre est réel. Ainsi les taxes varient entre 5,3 et 14,9 cents par bouteille aux États-Unis, en fonction de la nature du vin et du degré d’alcool, tandis qu’elles oscillent entre 11 et 29 cents en Europe.

Dans le détail, une bouteille de vin blanc américain de 13% vol. importée dans l’UE supporte un droit de douane de 10 centimes d’euros. Une bouteille semblable de l’UE importée aux États-Unis supporte, elle, un droit de douane de 5 cents, selon les Douanes françaises. De la même manière, une bouteille de vin rouge américain de 14,5% vol. importée dans l’UE supporte un droit de douane de 12 centimes d’euro, quand une bouteille semblable de l’Union européenne importée aux États-Unis supporte un droit de douane de 13 cents.

Les États-Unis, premier marché des producteurs de vin français

Le marché américain est très porteur pour les exportateurs français. Les vins français et spiritueux représentent ainsi le troisième poste le plus important dans la balance des échanges entre la France et les États-Unis. En 2018, les exportations de vins et spiritueux français outre-Atlantique ont progressé de 4,6%, à 3,2 milliards d'euros, selon la FEVS. C'est bien plus que le Royaume-Uni (1,3 milliard) et la Chine (1 milliard) réunis, lesquels constituent le deuxième et troisième marché des producteurs de vin français. 

Dans le même temps, les producteurs de vins américains ont vu leurs exportations chuter de 5% en 2018. Une baisse en grande partie liée à la diminution des exportations vers l'Union européenne. La faute à des droits de douane trop élevés sur le Vieux continent? Pas vraiment. 

Hausse du dollar et taxes diverses

D'abord, les producteurs de vins américains ont été victimes de la remontée du dollar par rapport à l'euro. Ensuite, qu'il soit Français, Italien, Chilien voire même américain, le vin est vendu dans le commerce deux à trois fois plus cher aux États-Unis qu'en France en raison de taxes diverses (droits d'accises, taxe fédérale, taxe locale...) et du nombre importants d'intermédiaires (producteurs, distributeurs, détaillants) qui n'hésitent pas à se faire des marges conséquentes, rappelle Sud-Ouest. Par exemple, un sancerre acheté 7 euros en France finit dans un magasin à 25 dollars aux États-Unis. À l'inverse, le vin américain est à peine plus cher en France qu'outre-Atlantique. 

Ce n'est pas la première fois que Donald Trump menace de taxer davantage le vin français. En novembre dernier, il avait déjà pointé "les tarifs (douaniers) élevés" appliqués par la France. Le timing de ces déclarations n'est toutefois pas anodin. Et pour cause, elles interviennent alors que les État-Unis et l'Union européenne doivent engager des négociations formelles pour trouver un accord commercial. Or, Bruxelles refuse toujours pour l'heure d'inclure le secteur agricole dans le traité. 

Paul Louis