BFM Business

Thierry Mandon: il y aura "évidemment" moins de fonctionnaires dans les régions

Thierry Mandon était l'invité de BFMTV-RMC, ce lundi 9 juin

Thierry Mandon était l'invité de BFMTV-RMC, ce lundi 9 juin - -

Le nouveau secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat et de la Simplification était l'invité de BFMTV-RMC, ce lundi 9 juin. Il est revenu sur la réforme territoriale et les seuils créant des obligations pour les entreprises.

Il est le monsieur "simplification" du gouvernement. Thierry Mandon a été nommé secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat et de la Simplification mardi 3 juin. Invité de BFMTV-RMC ce lundi 9 juin, l'ex-député socialiste a évoqué plusieurs sujets en lien avec son tout nouveau portefeuille gouvernemental.

> Réforme territoriale

Thierry Mandon est revenu sur la réforme territoriale présentée la semaine dernière par l'exécutif. Il l'a défendu en affirmant que cette "réforme a un sens de marier des régions dynamiques, très fortes" avec "des régions qui ont besoin de rattrapage économique". Il visait en particulier le Centre, le Limousin et Poitou-Charentes qui vont être regroupés.

Il a également affirmé que ce chantier "est vital pour la France" qui est "le seul pays développé avec autant d'intercommunalités". Pour Thierry Mandon, il faut clarifier le "mille-feuille territorial" qu'il a requalifié de "pudding" "qui se paie d'inefficacité et d'impôt".

Thierry Mandon a reconnu que "sur la distance, évidemment" il y aura des suppressions de postes dans la fonction publique territioriale avec les départs en retraite.

> Réforme de l'Etat

Il a également donné sa vision de "l'Etat de demain", qui selon lui sera "un Etat avec un peu moins de missions", mais "qui les fait à fond". Il a affirmé qu'il lui faudra prendre "cinq à six mois" pour penser cet "Etat de demain", qui serait également "un Etat plus digitalisé".

Pour lui ce sera un "Etat sobre qui veille au quotidien à chaque dépense"."Mais l'Etat sobre peut être faste en temps voulu", a-t-il néanmoins nuancé.

Enfin Thierry Mandon a indiqué qu'il va recenser "les démarches administriatives qui polluent la vie des français". Une fois ces démarches indentifiées, il dégagera des "paquets" de 30 démarches qui seront ensuite simplifiées d'ici à l'année suivante.

> La question des seuils

Thierry Mandon est aussi revenu sur la question des seuils créant des obligations pour les entreprises, le ministre du Travail François Rebsamen s'étant récemment prononcé pour leur suspension.

Evitant de donner directement son avis sur cette mesure, il a affirmé que "le problème des seuils n'est pas le problème de la représentation du personnel. C'est le problème des obligations fiscales, sociales, réglementaires que vous avez chaque fois que vous passez un seuil. Et là ça vaut le coup que les partenaires sociaux réfléchissent", a-t-il fait valoir.

Enumérant ensuite l'impressionnante liste de ces seuils, il s'est interrogé: "n'il y a-t-il pas moyen de faire en sorte qu'il y ait des vrais seuils avec de vraies obligations pour les entreprises, mais qu'il y en ait un petit peu moins pour que cela soit plus visible".

S'il a admis que tous les pays ont des seuils, "à ce niveau-là, c'est Français".

> Le Medef fait "des moulinets"

Revenant sur les menaces du Medef, qui pourrait sortir du pacte de responsabilité pour dénoncer le "harcèlement fiscal", Thierry Mandon a jugé que "c'est n'importe quoi, ce sont des moulinets", même s'il a considéré que le Medef "traduit la colère" venant d'"une partie des petites entreprises de ce pays".

J.M.