BFM Business

Grève dans les centres de maintenance TGV: la SNCF rencontre les syndicats

Les contestations se multiplient à la SNCF

Les contestations se multiplient à la SNCF - CHRISTOPHE SIMON / AFP

La direction SNCF et les syndicats se rencontrent aujourd’hui. Sur la table: les conditions de travail des techniciens TGV qui multiplient les grèves.

Grève hier au centre de maintenance des TGV Nord, après celle des TGV Atlantique. Alors aujourd’hui, la SNCF lance des négociations avec les syndicats pour remettre les pendules à l’heure. Vont être notamment discutés le manque d'effectifs dans les centres de maintenance, les rémunérations du personnel et la modernisation des outils.

Ces négociations devaient avoir lieu début 2020, mais la direction a été pressée par les blocages répétés qui ont donné lieu à de grosses perturbations fin octobre, qui ont parfois réduit le trafic à trois TGV pour dix de prévus sur l'axe Atlantique. Mardi 5 novembre, c’est le centre du Landy, en Seine-Saint-Denis, qui a été le lieu de débrayages, alors qu’il s’occupe des TGV Nord, de l’Eurostar et du Thalys.

"Les agents nous disent que c'est trop tard. Ils sont impatients, on s'est trompés, on n'a pas été assez vite", s’excuse Rachel Picard, la directrice générale de Voyages SNCF. Elle rencontre donc les quatre syndicats représentatifs dès aujourd’hui.

Suivre la hausse du trafic

Pour la question des difficultés de recrutement, la patronne des TGV mentionne ainsi la trop haute exigence du niveau d’expertise attendu. Elle reconnaît aussi que le trafic est plus intense qu’auparavant, notamment depuis la création du service low-cost Ouigo, ce qui augmente les besoins en maintenance. Pour récompenser le travail accru de nuit, une prime "assez conséquente" a déjà été mise en place en début d'année.

Fanny Guyomard avec AFP