BFM Business

Social : la méthode Ayrault pour éviter les foudres de la rue

Jean-Marc Ayrault veut calmer le jeu

Jean-Marc Ayrault veut calmer le jeu - -

Une manifestation est prévue, mardi 5 mars, pour dénoncer le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi présenté le lendemain en conseil des ministres... Face à la mobilisation sociale, le gouvernement revendique une méthode devant lui éviter les foudres de la rue.

C'est demain, mardi 5 mars, que la CGT, FO, mais aussi le Front de gauche appellent à manifester pour dénoncer l'accord sur la sécurisation de l'emploi signé le 11 janvier par certains partenaires sociaux et qui doit être présenté ce mecredi en Conseil des ministres.

Plus généralement, l'exécutif doit actuellement faire face à une grogne sociale liée à la sitution économique et à celle de l'emploi qui se traduit par de très mauvais sondages pour François Hollande et Jean-Marc Ayrault.

Dès ce lundi après-midi, François Hollande convoque d'ailleurs à l'Elysée un séminaire consacré justement à l'emploi. Il veut reprendre l'initiative en matière sociale en s'appuyant sur l'accord signé par les partenaires sociaux. Comme le Président, Jean-Marc Ayrault veut désamorcer la grogne. Pour cela, il suit une méthode qu'il revendique.

Rien à voir avoir la grogne contre le plan Juppé

L'idée, avant de présenter un projet de loi, est de faire plancher des experts indépendants et de s'appuyer sur des rapports. Ensuite, mettre autour d'une table tous les acteurs concernés jusqu'a ce qu'on dégage un consensus au minimum sur le diagnostic.

C'est ainsi que la plupart des partenaires sociaux ont pu trouver un accord le 11 janvier dernier. Sur les retraites, on attend différentes conclusions de commissions avant une nouvelle grande conférence sociale en juillet prochain. A Matignon on est catégorique : le dialogue social est un préalable aux réformes structurelles.

Preuve de l'efficacité de cette méthode ? La mobilisation de demain ne devrait pas etre de grande ampleur. Rien à voir avec les manifestations contre le CPE en 2006 ou le plan Juppé sur les retraites et la Sécurité sociale en 1995, où la pression de la rue a été la plus forte...

Naturellement, les detracteurs de François Hollande et de Jean-Marc ayrault voient, eux, dans cette recherche du consensus à tout prix le risque de vider des textes majeurs de leur substance...

Mathieu Jolivet & BFMbusiness.com