BFM Business

Ryanair: 9,6 millions d'euros d'aides publiques à rembourser

Ryanair va devoir rembourser près de 10 millions d'euros d'aides publiques jugées illégales par Bruxelles.

Ryanair va devoir rembourser près de 10 millions d'euros d'aides publiques jugées illégales par Bruxelles. - -

Bruxelles a jugé illégales, ce mercredi 23 juillet, des aides publiques versées par la France à la compagnie aérienne à bas coût. Ryanair devrait rembourser 9,6 millions d'euros, mais va faire appel.

Ryanair va devoir rembourser 9,66 millions d'aides publiques versées en France. La Commission européenne a en effet jugé illégales, mercredi 23 juillet, certaines aides d’État aux aéroports et aux compagnies aériennes en France. La compagnie aérienne irlandaise a décidé d'interjeter appel de cette décision.

Dans l'Hexagone, Ryanair avait touché ces aides jugées contraire à la libre concurrence pour desservir trois petits aéroports: ceux de Pau, de Nîmes et d'Angoulême. Sur les près de 10 millions à rembourser, 6,4 millions venait du seul aéroport de Nîmes.

La compagnie irlandaise n'est pas la seule à être visée par une telle sanction. Transavia, la low cost filiale d'Air France, a également été condamnée ce mercredi à rembourser 400.000 euros qu'elle avait touché pour installer une desserte à Pau.

Ryanair conditionne son installation à des aides?

"Ces compagnies aériennes ont payé des montants inférieurs aux coûts supplémentaires liés à leur présence dans l’aéroport", indique la Commission dans son communiqué. Elles ont ainsi "bénéficié d’un avantage économique injustifié, faussant la concurrence dans le marché unique", continue-t-elle.

Le commissaire à la concurrence, Joaquin Almunia a reconnu la nécessité d'un appui public "lorsqu'il améliore l'accessibilité d'une région et permet de répondre aux besoins des citoyens en matière de transports". Pour autant, "l'argent des contribuables ne devrait pas être utilisé pour accorder un avantage indu à certaines compagnies aériennes", a-t-il nuancé.

Ces sanctions résultent d'une plainte déposée par Air France à Bruxelles en 2010. Le groupe franco-néerlandais reprochait à sa concurrente de conditionner la desserte d'un aéroport à l'obtention de "rabais sur redevances, tarifs préférentiels d'assistance en escale ou encore aides marketing".

La compagnie irlandaise risque aussi de devoir rembourser des aides qu'il a perçues cette fois en Autriche. La Commission indique qu'elle compte élargir "le champ de son enquête concernant une possible aide d’État en faveur de Ryanair à l’aéroport de Klagenfurt".

N.G. avec agences