BFM Business

Réforme des retraites : Force Ouvrière claque la porte de la concertation

Jean-Paul Delevoye, Haut-commissaire à la réforme des retraites

Jean-Paul Delevoye, Haut-commissaire à la réforme des retraites - Eric FEFERBERG / AFP

Force Ouvrière a décidé de suspendre sa participation à la concertation sur la réforme des retraites, faute de clarification du gouvernement sur un éventuel recul de l'âge de départ à la retraite.

Force Ouvrière a décidé de suspendre sa participation à la concertation sur la réforme des retraites, faute de clarification du gouvernement sur un éventuel recul de l'âge de départ à la retraite. C'est une première défection, mais c’est peut-être le début d'une longue série. Force Ouvrière est le premier syndicat à mettre ses menaces à exécution. Il ne décolère pas en effet depuis que l'exécutif a multiplié les déclarations sur le recul de l'âge de départ à la retraite. Force Ouvrière, comme l'ensemble des syndicats, est fermement opposé à une telle mesure et pour eux, ce point avait été définitivement arbitré et écarté par l'exécutif en octobre dernier avant qu'il ne revienne sur la table il y a quelques semaines. Force Ouvrière a donc tenté d'obtenir des clarifications en adressant une lettre à Matignon. « Nous n'avons eu aucune réponse », nous explique un haut responsable du syndicat. Force Ouvrière a donc décidé de se retirer des discussions, dans une lettre adressée mardi à Jean-Paul Delevoye, dans laquelle il explique qu'il ne souhaite pas cautionner une réforme décidée sans réelle prise en considération de ses positions.

La concertation se poursuit

Les autres syndicats ont pour l'instant décidé de poursuivre la concertation. Reste à savoir jusqu'à quand car toutes les parties prenantes, y compris Jean-Paul Delevoye, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, menacent de jeter l'éponge si le gouvernement décide effectivement de reculer l'âge de départ à la retraite.
Or, « on est toujours dans le brouillard le plus total », nous explique l'un de ceux qui est au coeur des discussions. Personne en effet ne sait pour l'instant à quoi s'en tenir. Dans l'entourage de Jean-Paul Delevoye, on nous explique que « même le Haut-Commissaire n'a pas obtenu de garantie sur l'âge de départ ».
Jusqu'ici, Jean-Paul Delevoye avait pourtant réussi à maintenir l'ensemble des partenaires sociaux autour de la table sur des sujets pourtant tous plus explosifs les uns que les autres. Aujourd'hui, alors que la concertation doit se terminer mi-mai, elle ne tient plus qu'à un fil. Et la mesure qu'aurait dû annoncer Emmanuel Macron lundi soir, à savoir « travailler davantage » est venue semer encore un peu plus le doute. Autant dire qu'il est urgent que l'Elysée clarifie enfin sa position s'il tient vraiment à mener au bout sa réforme systémique.