BFM Business

Qui est Stéphane Courbit ?

Portrait de l'homme d'affaires Stéphane Courbit mis en cause par la justice (Photo : DR)

Portrait de l'homme d'affaires Stéphane Courbit mis en cause par la justice (Photo : DR) - -

Interpellé le 11 juin dans le cadre de l’affaire Bettencourt, l’homme d’affaires est resté en garde à vue ce mardi 12 juin. Portrait de celui qui cultive aussi bien le mystère que ses réseaux.

L'homme d'affaires et l'avocat Pascal Wilheim, ex-mandataire de Liliane Bettencourt, sont en garde à vue depuis lundi à Paris. Ils sont interrogés dans le cadre de l'enquête sur un abus de faiblesse au détriment de l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt. Retour sur les zones d’ombre et de lumière de la carrière de Stéphane Courbit.

Parti de rien et entré dans l’univers de la télé par la petite porte, il gravit rapidement les échelons jusqu’à devenir celui qui a amené la télé réalité en France. Avec sa maison de production, cofondée avec Arthur, l’homme de télévision achète les droits de Big Brother et crée Le Loft, vendu à M6. A son actif aussi, la Star Academy.

La société de production vendue au Néerlandais Endemol au faîte de sa gloire, Stéphane Courbit utilise sa plus-value pour monter sa propre entreprise : LOV Group. Il mise sur des secteurs dont la croissance repose sur la dérégulation. Les jeux en ligne, avec BetClic, ou l’électricité, avec Direct Energy. Et continue parallèlement d’investir dans la production audiovisuelle.

Protégé d’Alain Minc, proche de Nicolas Sarkozy

A cette époque, ce protégé d’Alain Minc et proche de Nicolas Sarkozy vit dans une maison à Neuilly et travaille dans ses bureaux du VIIIe arrondissement de Paris. Il a même acquis un yacht. Faut-il y voir un symbole de ses déconvenues ? Ledit bâtiment de luxe a sombré dans la mer Egée en février dernier...

Le premier obstacle qui marque la fin de ce parcours sans faute est le passage de la crise. Les investissements tous azimuts de l’homme d’affaires ne génèrent pas les retours escomptés. En 2010, sa holding ne parvient pas à acquérir la régie publicitaire de France Télévisions.

Sont-ce ces difficultés qui l’ont poussé à solliciter la milliardaire héritière de L’Oréal, qui investit 143 millions d’euros dans sa société ? La famille de Liliane Bettencourt s’en offusque, considérant que le jugement de celle-ci est altéré. La justice s’en mêle. Courbit, lui, savait qu'il jouait avec le feu. En créant LOV, il aurait prévenu sa femme : "Je peux très bien me retrouver en garde à vue"...

Jean-Baptiste Huet et BFMBusiness.com