BFM Business

Quand le FN veut faire croire que HSBC a financé la campagne de Macron

Wallerand de Saint-Just assure que HSBC a  financé la campagne d'Emmanuel Macron.

Wallerand de Saint-Just assure que HSBC a financé la campagne d'Emmanuel Macron. - Eric Feferberg - AFP

Contrairement à ce qu'a affirmé à plusieurs reprises le trésorier du FN, aucun prêt n’a été contracté auprès d’HSBC France pour financer la campagne de l’ex-leader d’En Marche!.

Pour justifier le lancement de son “emprunt patriotique”, destiné au financement des élections législatives, le FN évoque régulièrement le boycott dont il serait victime de la part des banques. Quitte à en profiter pour tenter de discréditer les novices à qui l'on fait crédit.

Vantant le succès de l’initiative frontiste, Wallerand de Saint-Just s’est ainsi ému vendredi de l’attitude des établissements bancaires. "HSBC, par exemple, a refusé explicitement un prêt au FN et a financé la campagne d’Emmanuel Macron", a-t-il indiqué à BFMBusiness.com, considérant cette situation comme discriminatoire et n’excluant pas de porter l’affaire devant la justice.

Le trésorier frontiste n’en est pas à son coup d’essai. Le 1er juin dernier, dans la foulée du lancement du fameux emprunt, il avait déjà tenu ces propos sur le réseau social Twitter :

Une affirmation difficile à vérifier, les établissements bancaires ayant pour règle de taire les noms et les activités de leurs clients.

Interrogée, HSBC France précise cependant qu’elle n’a pas octroyé de crédit au mouvement En Marche. En revanche, "la loi ne nous autorise pas à confirmer qu’une personne est ou non cliente et donc a fortiori à indiquer si oui ou non nous avons lui accordé un prêt" indique un porte-parole de la banque.

Et dans l'entourage d'Emmanuel Macron, on est formel. "Il n'y a jamais eu d'emprunt ni d'accord cadre avec HSBC, que ce soit pour la présidentielle ou pour les législatives", affirme un porte-parole du mouvement En Marche! interrogé par BFMBusiness.com.

Yann Duvert avec Pierre Kupferman