BFM Business

Pour Parisot, les propos de Montebourg sur Stéphane Richard sont "choquants"

Pour Laurence Parisot, ce ne serait pas la première fois qu'Arnaud Montebourg prononce des mots "qui ont pour effet d'affaiblir les entreprises".

Pour Laurence Parisot, ce ne serait pas la première fois qu'Arnaud Montebourg prononce des mots "qui ont pour effet d'affaiblir les entreprises". - -

La présidente du Medef s'est indignée, ce dimanche 9 juin, sur Radio J, contre les déclarations d'Arnaud Montebourg visant le patron d'Orange. Le ministre aurait estimé que ce dernier devra démissionner s'il est en mis en examen, dans le cadre de l'affaire Tapie-Lagarde.

Laurence Parisot défend indirectement Stéphane Richard. Ce dimanche 9 juin, la présidente du Medef a indiqué, qu'elle trouvait "choquants" les propos d'Arnaud Montebourg, rapportés par Le Monde et selon lesquels le PDG d'Orange devrait démissionner s'il était mis en examen dans l'affaire de l'arbitrage Tapie-Crédit Lyonnais. Propos qu'il a ensuite démenti avoir tenu.

"C'est une immixtion dans la gouvernance de l'entreprise qui est tout à fait anormale", a jugé Laurence Parisot au micro de Radio J.

"Tout d'abord, au nom de quoi préjuge-t-il d'avance d'une décision qui n'appartient qu'au juge ? C'est à la limite du respect de l'indépendance de la justice et de ce que doit être le bon fonctionnement de nos institutions. En plus, il porte atteinte à la présomption d'innocence", a-t-elle martelé.

Des précédents de la part de Montebourg

Pour elle, "Si l'Etat est actionnaire de l'entreprise, c'est au représentant de l'Etat au conseil d'administration (d'Orange) de s'exprimer, et pas au ministre".

Bien qu'Arnaud Montebourg a démenti avoir prononcé les paroles contres lesquelles Laurence Parisot s'indigne, pour la présidente du Medef, le ministre a déjà tenu des propos "qui avaient pour effet d'affaiblir les entreprises".

"Ce qu'il a dit à une certaine époque sur PSA, sur ArcelorMittal, n'était pas admissible. Ce qu'il dit aujourd'hui sur Orange, tant relativement à son PDG Stéphane Richard, que ce qu'il a dit il y a quelques temps sur Dailymotion, tout ça n'est pas admissible", a-t-elle ajouté.

Laurence Parisot n'a pas encore fait son choix parmi les candidats à sa succession

Stéphane Richard sera auditionné, lundi 10 juin, par la brigade financière dans le cadre de l'affaire Tapie. Le PDG d'Orange, était le directeur de cabinet de Christine Lagarde, alors ministre de l'Economie au moment de l'arbitrage qui a permis à Bernard Tapie de toucher 403 millions d'euros.

Sur un tout autre sujet, l'élection du nouveau président du Medef qui se tient dans trois semaines, Laurence Parisot a indiqué qu'elle "prendrait probablement position", parmi les candidats, "mais pas tout de suite".

J.M. avec AFP