BFM Business

Placements : en 2019, dans quoi investir avec 100 000 euros ?

-

- - José Luis Sánchez Mesa - Flickr

En fonction de votre appétence aux risques et de votre horizon de placement, voilà comment effectuer de judicieux investissements en 2019.

Ce début d'année le confirme. Les marchés financiers risquent bien d’être aussi volatiles en 2019 qu’en 2018. Pour autant, plusieurs stratégies d’investissement peuvent être opérées en fonction de la prise de risques que vous pouvez supporter.

Ainsi, si vous avez entre 45 et 50 ans, que vous êtes en couple avec deux enfants, que vous possédez un patrimoine immobilier qui oscille entre 500 000 et un million d’euros et que vous avez 100 000 euros de côté, il peut s’avérer particulièrement lucratif de placer vos économies sur des supports bien choisis. Bernard Dordain, vice-président du Cercle Anteis (une association qui prône la culture patrimoniale) revient sur les placements qu’il juge opportuns.

Investir sans prendre de risques

Tout dépend de si vous avez « oui » ou « non » besoin d’utiliser votre épargne. Si tel est le cas et que vous avez la capacité de souscrire un crédit, il peut être intéressant d’investir dans l’immobilier à l’heure où les taux de crédits demeurent bas. Une préconisation à laquelle adhère Bernard Dordain. Pour lui, nul doute qu’il s’agit là d’un placement optimal « en vue de préparer sa retraite ».

« Opter pour la location LMNP (Loueur de Meublé Non Professionnel) me semble bien. Pourquoi ? Parce que si vous disposez de 100 000 euros d’épargne auxquels vous ajoutez 100 000 euros de crédit, que vous choisissez un bailleur de grande qualité et que vous sélectionnez de belles opérations en région où l’emplacement constitue le maître mot, vous pouvez clairement amortir votre opération en 20 ou 30 ans. Ce qui, très concrètement, peut s’avérer particulièrement intéressant pour vous constituer des revenus supplémentaires durant votre retraite », estime le spécialiste.

Investir avec un risque modéré

Dans le cas où vous souhaiteriez prendre davantage de risques, l’assurance vie peut là encore se révéler lucrative. Notamment parce qu’elle se révèle plus souple qu’un compte-titres. « Il est possible de la moduler et d’opter pour différents types de gestions en intégrant un peu de fonds euros », détaille le spécialiste.

Parallèlement à cela, Bernard Dordain préconise aussi de jouer la carte des fonds de gestion long/short. Des fonds qui, pour rappel, consistent à combiner des positions acheteuses (« long ») et des positions de ventes à découvert (« short ») sur les marchés actions afin de réduire les risques tout en résistant aux fluctuations baissières des marchés. « Il convient cependant d’être bien conseillé sauf si l’investisseur est averti. Dans ce cas, il peut très bien investir de lui-même dans ce type de produit », détaille l’expert.

Investir en prenant des risques élevés

Enfin, si la prise de risque ne vous effraie guère, « le PEA avec un mandat de gestion dynamique peut, là encore, se révéler intéressant », commente le spécialiste. Encore faut-il, poursuit-il, « ne pas le gérer vous-même si vous n’avez pas de temps à y consacrer. L’idéal reste de se faire accompagner, ou bien alors de déléguer, par prudence, une partie de votre épargne à un gestionnaire d’actifs ».

Ultime suggestion de placement si vous avez 100 000 euros de côté : le Perp (le fameux plan d'épargne retraite populaire). Pour Bernard Dordain, mieux vaut cependant attendre 2020 pour vous pencher sérieusement sur la question. Et pour cause, « en 2019, l’effet fiscal est réduit de moitié. Il est donc préférable de conserver votre épargne l’an prochain, quitte à la placer sur des fonds euros en 2019 et à la réinvestir dans un Perp à partir de 2020 », commente l’expert.

Mais il le sait, la loi de finance 2019 reste dans les starting-block dans la mesure où elle n’a pas encore été définitivement adoptée. Tout peut donc encore évoluer… D’où l’intérêt de reporter cet investissement pour mieux le rentabiliser dans deux ans.

Julie COHEN-HEURTON