BFM Business

Montebourg : "une loi interdisant la fermeture des usines rentables dans moins de trois mois"

Arnaud Montebourg a recu hier Lakshmi Mittal, afin de discuter du sort de Florange.

Arnaud Montebourg a recu hier Lakshmi Mittal, afin de discuter du sort de Florange. - -

Le ministre du Redressement productif a annoncé sur BFMTV et RMC que le site de Florange pourrait être le premier à bénéficier de cette loi.

Invité sur l’antenne de BFMTV et RMC, ce vendredi 27 septembre, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a donné des détails sur le bras de fer qui se joue actuellement avec ArcelorMittal.

L’industriel a annoncé la fermeture des deux hauts-fourneaux de Florange (Moselle), une décision sur laquelle le ministre entend le faire revenir. Il souhaite éviter la casse humaine : le site emploie environ 600 personnes plus un millier d'emplois induits. De même, il veut empêcher un sinistre industriel.

>> Voir la vidéo de l'intervention d'Arnaud Montebourg

"Si nous fermons les haut fourneaux, nous savons qu’il ne rouvriront jamais. Nous demandons donc leur maintien, afin d’éviter que, lorsque la demande reviendra, nous ne soyons pas obligés d’importer de l’acier ", explique Arnaud Montebourg.

Le ministre du Redressement productif compte s’appuyer sur un projet de loi qui fait partie des promesses de campagne de François Hollande. Ce texte est destiné à éviter la fermeture des sites industriels rentables. " J’ai eu tout à l’heure le président du groupe socialiste à l’Assemblée pour discuter du projet de loi. Il ne faudra pas trois mois pour la voter", poursuit le ministre.

Florange fixé sur son sort lundi

Concrètement, le texte va contraindre les industriels qui souhaitent se débarrasser de certaines usines à assurer leur transmission plutôt que leur fermeture. " Cela pourra passer par une transmission forcée, par voie de justice. Dans ce cas, ce sera aussi elle qui fixera le prix."

Arnaud Montebourg compte bien utiliser ce nouveau dispositif pour Florange et l’a fait peser dans la balance, lors des échanges qui ont eu lieu hier, jeudi 27 septembre, avec Lakshmi Mittal, le propriétaire du site.

"Il a pris un temps de réflexion, il dira lundi ce qu’il va faire. S’il abandonne le site, il est certain que cette nouvelle loi s’appliquera à Florange. Nous irons voir tous les aciéristes du monde pour trouver un repreneur ".

Coralie Cathelinais