BFM Business

Montebourg salue le virage pris par Bruxelles vis-à-vis de la Chine

Arnaud Montebourg veut une Europe au service de l'industrie et non des marchés.

Arnaud Montebourg veut une Europe au service de l'industrie et non des marchés. - -

Le ministre du Redressement productif a exprimé, ce mardi 21 mai, sa satisfaction quant aux récentes initiatives prises par la Commission européenne contre les équipementiers télécoms et les panneaux solaires chinois. Il estime qu'il s'agit "d'un tournant".

L'offensive de Bruxelles face à la Chine ravit Arnaud Montebourg. La Commission européenne a récemment ouvert des enquêtes anti-dumping et anti-subvention contre les équipementiers télécoms chinois, ZTE et Huawei, et a également décidé d'instaurer une taxe sur les panneaux solaires provenant du pays.

En réaction, Arnaud Montebourg a déclaré, ce mardi 21 mai, lors d'un déplacement à Essen, que "le gouvernement français ne peut que saluer le tournant de la Commission européenne en matière des risques que fait peser sur toute l'industrie européenne le "dumping chinois".

"C'est un tournant dans la prise de conscience, dans l'attitude, car il ne suffit plus de parler, il faut agir", s'est félicité le ministre.

"Le fait que les Etats-Unis et l'Union européenne aient décidé de sévir prouve que nous pouvons commencer à imaginer une Europe au service de l'industrie et des peuples, plutôt qu'au service des marchés et de la mondialisation déloyale", a-t-il ajouté.

"Il est temps que les Européens décident des règles"

Et Arnaud Montebourg de poursuivre sur sa lancée: "l'Union européenne est la première puissance économique au monde. La France et l'Allemagne représentent 92% du PIB chinois. Il serait donc temps que les Européens décident des règles'" plutôt que de "subir celles fixées par d'autres", a-t-il souligné.

Bruxelles a annoncé, mercredi 15 mai le prochain lancement d'une enquête sur les équipementiers télécoms chinois, qui sera toutefois précédée d'une phase de dialogue pour voir si une solution à l'amiable peut être trouvée.

Ce conflit suit celui sur les panneaux solaires. Bruxelles a,en effet, proposé aux Etats de l'Union européenne d'approuver pour le 5 juin une taxation provisoire de 47%, en moyenne, sur les panneaux solaires importés de Chine afin de protéger les firmes européennes du secteur, menacées de disparition. La Commission doit se prononcer sur d'éventuelles sanctions définitives en décembre.

J.M. avec AFP