BFM Business

Montebourg retourne à l'école lundi pour devenir "haut dirigeant"

Arnaud Montebourg va suivre une formation à l'Insead avec pour objectif de monter sa propre entreprise.

Arnaud Montebourg va suivre une formation à l'Insead avec pour objectif de monter sa propre entreprise. - Jean-Christophe Verhaegen - AFP

L’ancien ministre de l’Economie a décidé de suivre une formation à l’Insead, une école de commerce prestigieuse. Avec comme objectif, la création de sa propre entreprise. Ses cours débutent ce lundi matin.

A force de côtoyer les dirigeants d’entreprises lors de son passage à Bercy, Arnaud Montebourg y a visiblement pris goût. L’ancien ministre de l’Economie et du Redressement productif va en effet reprendre le chemin de l’école, où il devrait fréquenter la crème des futurs grands patrons de ce monde. "J’ai décidé de reprendre des cours parce que diriger une boîte est un vrai métier, je m’en suis rendu compte ces deux dernières années", a ainsi expliqué au Monde l’ancien trublion du gouvernement. Selon l'un de ses proches, le projet devrait d'ailleurs voir le jour au mois de janvier.

34.500 euros pour quatre semaines

Le cursus choisi est particulièrement prestigieux –et onéreux. L’ancien ministre va entamer une formation de quatre semaines à l’Insead, une école de commerce située à Fontainebleau (Seine-et-Marne). Au menu : cours théoriques et mises en situation, au cours d’un "Advanced Management Programme" destiné à faire des participants des "hauts dirigeants". Le tout pour la somme rondelette de 34.500 euros hors taxes, soit plus de 1.200 euros la journée. Arnaud Montebourg a d’ailleurs assuré au quotidien qu’il avait sollicité une bourse pour l’aider dans sa "scolarité".

Logé à la même enseigne

L’ancien patron de Bercy sera toutefois logé à la même enseigne que ses camarades de classe : comme eux, il logera sur place pour privilégier la vie de groupe. Il s’est également attaché à parfaire son anglais avec un professeur particulier, puisque les cours seront dispensés dans la langue de Shakespeare.

Plus amusant : l’actuel conseiller général de Saône-et-Loire a dû passer l’épreuve dite du "360 degrés". En vogue chez les directeurs de ressources humaines, cette méthode consiste à évaluer le candidat en interrogeant ses supérieurs ou ses clients. En l’occurrence, l’Insead s’est montrée un peu moins rigoureuse que d’habitude, les anciens employeurs d’Arnaud Montebourg s’appellant François Hollande ou Manuel Valls. Du coup, Benoît Hamon et Najat Vallaud-Belkacem se sont pliés à l’exercice. Mais aussi Louis Schweitzer, commissaire général à l’investissement, Jean-Louis Beffa, président d’honneur de Saint-Gobain, ou encore Thierry Breton, patron d’Atos et ancien ministre de l’Economie.

Y.D.