BFM Business

Pour Donald Trump, "le seul problème" de l'économie américaine, c'est la Fed

-

- - Brendan Smialowski / AFP

Donald Trump poursuit son bras de fer avec la banque centrale américaine qu'il accuse d'augmenter l'anxiété des investisseurs en augmentant 'les taux d'intérêt trop rapidement".

Le président américain Donald Trump persiste dans ses critiques contre la Banque centrale, qui "augmente les taux d'intérêt trop rapidement" dans un contexte d'inquiétude sur la croissance de la première économie mondiale. "Ils augmentent les taux d'intérêt trop rapidement, c'est mon opinion" a affirmé Donald Trump à la presse, revenant sur la hausse d'un quart de point décidée la semaine dernière par la Réserve fédérale.

"Le fait est que l'économie va si bien qu'ils augmentent les taux d'intérêt, et c'est une forme de sécurité", a-t-il poursuivi, même si la Bourse de New York a encaissé la semaine dernière sa pire semaine depuis 2008. La veille, il avait affirmé que la "Fed" était "le seul problème" de l'économie américaine, estimant que ses membres "ne sentent pas le marché" et alimentent l'anxiété des investisseurs.

Guerre commerciale avec la Chine

Donald Trump critique régulièrement les décisions de la Fed et le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin a dû démentir samedi des informations évoquant un limogeage du président de la Banque centrale, Jerome Powell. Donald Trump a également renouvelé mardi sa confiance à Steve Mnuchin, qualifié de "très talentueux, très intelligent". Ce dernier avait pourtant accentué le nervosité des marché sur la réalité de la conjoncture américaine en assurant dimanche que les grandes banques américaines disposaient d'assez de liquidités.

Les marchés sont très fébriles depuis plusieurs semaines, inquiets de la perspective d'un ralentissement économique, des conséquences de la guerre commerciale avec la Chine. Cette inquiétude est exacerbée depuis la fermeture partielle depuis samedi de plusieurs administrations fédérales par manque de financement faute d'un accord au Congrès. Ce "shutdown" pourrait se prolonger jusqu'en janvier.

La nervosité de Wall Street a gagné mardi la Bourse de Tokyo, qui a lâché plus de 5% à la clôture après un week-end prolongé. Donald Trump a assuré mardi qu'il avait confiance dans les entreprises américaines, appelant les investisseurs à rester calmes. "J'ai une grande confiance dans nos entreprises, elles vont très bien", a-t-il dit, assurant que la situation actuelle était "une occasion formidable" pour investir. Mais selon Stephen Innes, chef de la division Asie-Pacifique chez Oanda, les investisseurs "n'ont pas confiance dans l'administration Trump. Ils sont mus par leur perception des choses, et elle est très mauvaise en ce moment".

P.S. avec AFP