BFM Business

Le prix des Bibles pourrait augmenter à cause de la guerre commerciale Chine - États-Unis

-

- - STAN HONDA / AFP

Les nouveaux droits de douanes américains que Trump menace d’instaurer sur des produits chinois pourraient entraîner une pénurie de bibles aux États-Unis et un renchérissement de leur prix.

L’escalade de taxes douanières punitives entre la Chine et les États-Unis pourrait faire des victimes inattendues, qui comptent parmi les plus fervents soutiens de Donald Trump: les chrétiens évangélistes américains. Le président républicain menace en effet d’instaurer des droits de douanes à une nouvelle série de produits chinois, de 25% ou "bien plus". Et s’il passe à l’acte, le prix des bibles pourrait augmenter, alertent des éditeurs chrétiens des États-Unis.

La très grande majorité des bibles des Américains sont imprimées en Chine, raconte Quartz ce vendredi. Le pays serait même devenu le plus grand éditeur biblique au monde en 2012, selon l’agence de presse officielle chinoise, Xinhua.

Le papier imprimé chinois bientôt surtaxé

Justement parmi les nouveaux produits chinois menacés de droits de douanes dissuasifs par Washington figure le papier imprimé. Or selon le dirigeant d’un des principaux fabricants de bibles américain, l’industrie de l’édition de livres saints aux États-Unis ne peut pas se passer de matières premières venues de Chine.

Sur le sol américain, aucun fournisseur de papier, aucun imprimeur ni aucun relieur n’est en capacité de répondre à la demande de leur immense marché domestique, affirme le patron d’HarperCollins Christian Publishing, qui détient 38% du marché biblique aux États-Unis.

Mark Schoenwald estime même que le risque de pénurie de bibles est réel. Et l’augmentation de prix qui en découlerait pourrait empêcher les ministères, les églises et d’autres organisations religieuses de s’en procurer.

Si les dernières taxes qu’envisage Trump entraient en vigueur, l’intégralité des 500 milliards de dollars de biens chinois achetés par les États-Unis chaque année serait alors surtaxée. Jusqu’à présents épargnés, ce sont des produits très prisés des consommateurs qui sont désormais dans le viseur, comme les smartphones et les ordinateurs portables.

Nina Godart