BFM Business

La Chine inaugure son premier TGV roulant à 350 km/h sans conducteur

La Chine a inauguré la première ligne de train à grande vitesse entièrement automatisée entre Pékin et Zhangjiakou, distantes de 175 km. Une prouesse technologique pour ce TGV qui desservira les sites olympiques pour les JO d'hiver en 2022.

La Chine met le paquet sur les technologies de train à grande vitesse. Après avoir dévoilé en 2019 le prototype d'un TGV capable d'atteindre 600 km/h, le pays parie sur le train "autonome" circulant sans conducteur. La Chine a ouvert à la toute fin de 2019, sa première ligne à grande vitesse complètement automatisée entre Pékin et Zhangjiakou, distantes de 175 km. Le TGV atteint la vitesse maximale de 350 km/km, reliant ces deux villes en 47 minutes (pour les liaisons les plus rapides) au lieu de 3 heures. 

La modernisation de cette liaison revêt une importance particulière dans le contexte du système ferroviaire chinois. La ligne, construite pour la première fois de 1905 à 1909, fut le premier chemin de fer du pays conçu et construit uniquement par des Chinois, rappelle le média national Global Times .

La ligne de 175 km desservira les sites des JO d'hiver

La nouvelle ligne à grande vitesse fait partie des infrastructures nouvelles liées à l'évènement que constituera en 2022, la tenue en Chine des Jeux olympiques d’hiver dans les villes de Pékin et Zhangjiakou. Le chantier de ce TGV flambant neuf a été bouclé en moins de quatre ans, les travaux de construction de la ligne ayant débuté en avril 2016.

Ce train à grande vitesse est présenté comme la vitrine du savoir-faire chinois dans les technologies ferroviaires "intelligentes". Sa grande particularité est d'être entièrement automatisé et d'utiliser, pour se guider, Beidou, le service satellitaire de géolocalisation et de navigation (GPS) chinois.

Le système ajuste automatiquement la vitesse du TGV

Son système d'auto-conduite qui permet au train d'ajuster sa vitesse en fonction de l'horaire prévu de ses arrêts en gare avec les contraintes propres à chacun de ses arrêts (incluant l'ouverture/fermeture automatique des portes). Le train est bardé de capteurs analysant en temps réel sa bonne marche et détectant les éventuelles anomalies.

Un système d'alerte en cas de tremblement de terre et de surveillance des catastrophes naturelles font partie de son système "intelligent" de pilotage. Un superviseur humain reste toutefois présent à bord pour intervenir en cas de situations imprévues ou d'urgence.

Les rames sont aussi équipées pour les futures réseaux mobiles 5G. À l’intérieur, les passagers peuvent recharger leurs téléphones via des chargeurs sans fil et chaque siège possède sa propre tablette tactile.

La nouvelle liaison TGV compléte le déjà très conséquent réseau chinois de trains à grande vitesse, fort de ses plus de 30.000 km de lignes, desservant 80% des principales villes du pays.

Frédéric Bergé