BFM Business

Au Japon, Emmanuel Macron à la rencontre de grands patrons

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron - AFP

Il n'y a pas eu d'annonces d'investissements mais des discussions sur des projets encore "confidentiels", a précisé l'Elysée.

Le président français Emmanuel Macron, en visite à Tokyo pour l'ouverture des Jeux olympiques, s'est entretenu samedi avec le Premier ministre japonais Yoshihide Suga et a rencontré plusieurs grands patrons nippons, tout en prenant le temps d'assister à des épreuves sportives.

Les deux responsables qui se sont entretenus dans le palais néo-baroque d'Akasaka, au coeur de Tokyo, n'ont pas fait de commentaire à la presse.

Mais sur Twitter, le président de la République a vanté le partenariat "d'exception" unissant la France et le Japon. "A l'heure où nous luttons tous contre le virus, où nous engageons la relance, ce partenariat est une force".

Partenariat "d'exception"

Dans une déclaration conjointe publiée après leur entrevue, les deux chefs d'Etat ont rappelé l'importance de réaliser un "Indo-Pacifique libre et ouvert, inclusif et fondé sur l'Etat de droit", alors que les ambitions de la Chine dans la région suscitent des inquiétudes tant du côté japonais que parmi les puissances occidentales.

Ils ont aussi évoqué la coopération franco-japonaise dans la lutte contre le réchauffement climatique, qui n'est "pas une contrainte mais un vecteur d'innovation et de création d'emplois", et ont souhaité "renforcer" les liens économiques et commerciaux entre les deux pays.

Emmanuel Macron a d'ailleurs rencontré dans l'après-midi plusieurs dirigeants de grandes entreprises japonaises, dont le directeur général de Nissan Makoto Uchida, comme pour tourner définitivement la page de l'affaire Carlos Ghosn, qui avait tendu les relations bilatérales en 2018-2019.

Il a aussi vu en tête-à-tête le fondateur et PDG de Rakuten, Hiroshi Mikitani, puis le PDG du géant automobile Toyota, Akio Toyoda.

Il n'y a pas eu d'annonces d'investissements mais des discussions sur des projets encore "confidentiels", a précisé l'Elysée.

Vendredi, Emmanuel Macron avait déclaré que le Japon avait "eu raison de maintenir" les JO en dépit de la pandémie et que la France était "à pied d'oeuvre" pour préparer Paris-2024.

OC avec AFP