BFM Business

Malgré le déconfinement, le moral des Français ne s'améliore pas

-

- - Philippe Huguen - AFP

Selon la nouvelle édition du baromètre de l'économie réalisé par Odoxa pour BFM Business et Challenges, plus de 3 Français sur 4 sont défiants sur la situation économique. 64% d'entre eux réclament un remaniement.

L'épidémie de coronavirus semble avoir plombé durablement le moral économique des Français. Car malgré le début du déconfinement, ce moral progresse à peine selon la dernière édition du baromètre* de l'économie réalisé par Odoxa pour BFM Business et Challenges et publié ce jeudi.

L'enquête réalisée les 28 et 29 mai (donc presque 15 jours après le début du déconfinement) montre que 76% des personnes interrogées ne sont pas confiants sur la situation économique. C'est à peine un point de moins que lors du précédent sondage.

L'indice de confiance en l'avenir (confiance moins défiance) se fixe ainsi à -52 contre -54 un mois plus tôt et -64 pendant le confinement. 

La récession fait autant peur que le virus

"Même si l’indice de juin est le meilleur que nous ayons enregistré depuis mars dernier et le début du confinement, plus des trois quarts des Français se montrent toujours très défiants en l’avenir. Ils anticipent sans doute l’après crise sanitaire, c’est à dire la crise économique et la récession historique que notre pays va désormais connaître (connaît déjà)", commente Gaël Sliman, président d'Odoxa.

Cette défiance implique une volonté de changement politique. 73% des interrogés souhaitent qu’Emmanuel Macron change de politique mais 69% estiment que cela n'arrivera pas.

Pour autant, à partir des déclarations du président, ils sont 61% à croire à la mise en place d’incitations à la relocalisation de nos industries, 42% des Français pensent que l'exécutif mettra en place une taxe carbone (avec ou sans les carburants des particuliers, même si celle-ci existe déjà en réalité) et 46% anticipent une revalorisation des minimas sociaux.

Les Français réclament un remaniement

Ils sont en revanche moins nombreux à croire en une augmentation du Smic (36%) ou à un rétablissement de l’ISF (31%).

64% appellent à un remaniement gouvernemental. Néanmoins, Edouard Philippe conserve un crédit fort puisque 65% des interrogés ne veulent pas de changement de Premier ministre. Aucune majorité de sympathisants d'un parti ne souhaitent son départ, pas même chez les Insoumis.

Aucune des personnalités évoquées pour être nommées à Matignon ne ferait un "bon Premier ministre" pour une majorité de Français. Le mieux placé est Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, avec 31% de jugements positifs, à égalité avec Xavier Bertrand, le président de la région des Hauts-de-France.

"A mesure qu’Emmanuel Macron, le "président des riches" apparaît aux Français de plus en plus hautain et arrogant, Edouard Philippe, par contraste, leur semble modeste et proche des gens", poursuit Gaël Sliman, "surtout que les candidats putatifs au poste ne suscitent guère un enthousiasme débordant dans l’opinion".

*Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet les 28 et 29 mai 2020. Echantillon de près de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Olivier Chicheportiche