BFM Business

Luxleaks: le Parlement européen maintient sa confiance à Juncker

Jean-Claude Juncker a essuyé de vives critiques lors des révélations du scandale Luxleaks.

Jean-Claude Juncker a essuyé de vives critiques lors des révélations du scandale Luxleaks. - Frederick Florin - AFP

La motion de censure, déposée par les élus europhobes après les révélations sur le scandale Luxleaks, a massivement été rejetée jeudi par le Parlement.

Le scandale Luxleaks n’aura finalement pas effrité la confiance du Parlement européen en Jean-Claude Juncker. L’institution a en effet rejeté massivement, jeudi 27 novembre, une motion de censure déposée par les élus europhobes.

La motion, déposée par le groupe EFDD (Europe de la liberté et de la démocratie directe) du leader de l'Ukip britannique Nigel Farage, a recueilli 101 voix, contre 461 et 88 abstentions.

Un meilleur score qu'au mois d'octobre

Ce score est meilleur que celui recueilli par Jean-Claude Juncker lors de l'investiture de son équipe par le Parlement européen, le 22 octobre.

La Commission avait alors été investie par 423 voix, contre 209 et 67 abstentions. La censure, que soutenaient également les élus du Front national français et les Italiens du "Mouvement Cinq Etoiles", n'avait pratiquement aucune chance d'être adoptée: les europhobes ne disposent que d'une centaine de sièges sur 751, loin de la double majorité nécessaire (376 voix représentant au moins les deux tiers des suffrages exprimés).

Les pratiques fiscales du Luxembourg ont pesé sur la crédibilité de Juncker

Lors du débat lundi, Jean-Claude Juncker s'était de nouveau engagé à ce que la nouvelle Commission lutte contre l'évasion fiscale et la fraude fiscale.

A peine quatre jours après son entrée en fonction, le nouveau président de la Commission européenne avait fait face aux révélations de plusieurs journaux européens, dont Le Monde, sur les pratiques fiscales du Luxembourg.

Le Grand Duché aurait ainsi passé des accords entre 2002 et 2010 avec plus de 340 multinationales, permettant à ces dernières de minimiser le paiement de leur impôt.Une période lors de laquelle Jean-Claude Juncker était à la fois Premier ministre et ministre des Finances du Luxembourg.

Y.D. avec AFP