BFM Business

Les réformes de Hollande "enthousiasment" le vice-chancelier allemand

Sigmar Gabriel est enthousiasmé par les réformes de François Hollande

Sigmar Gabriel est enthousiasmé par les réformes de François Hollande - -

Le social-démocrate Sigmar Gabriel a salué, ce lundi 27 janvier à Paris, les réformes de François Hollande. Elles auraient même provoqué chez les Allemands une certaine "euphorie".

L'Allemagne salue les efforts de la France. Le vice-chancelier allemand, le social-démocrate Sigmar Gabriel, a exprimé, ce lundi 27 janvier, à Paris son "enthousiasme" pour les réformes annoncées par le président François Hollande.

Sigmar Gabriel, qui est également ministre de l'Economie et de l'Energie, a indiqué que les annonces du chef de l'Etat avaient "passionné" les Allemands et avaient provoqué de l' "enthousiasme" voire même une certaine "euphorie". "Nous sentons le devoir de soutenir" les projets de François Hollande, a-t-il dit à l'issue d'un Conseil économique et financier franco-allemand.

Il s'exprimait lors d'une conférence de presse commune avec le ministre de l'Economie français Pierre Moscovici, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, et les deux gouverneurs de banques centrales, Christian Noyer et Jens Weidmann.

"Airbus de l'énergie"

Sigmar Gabriel a, en particulier, salué le "pacte de responsabilité", et cette "idée que l'Etat, les entreprises et les syndicats se rassemblent pour faire avancer" l'économie, une philosophie chère aux Allemands et à leur pratique de "l'économie sociale de marché".

Le ministre social-démocrate a montré beaucoup d'enthousiasme pour l'idée d'un "Airbus de l'énergie" avancée par François Hollande.

Il a par exemple proposé la création d'une filiale commune aux agences de l'énergie française et allemande, pouvant soutenir des projets conjoints "que ce soit dans les réseaux intelligents (smart grids), l'efficience, les technologies thermiques, jusqu'à la question d'activités industrielles communes."

Sigmar Gabriel a par exemple évoqué la possibilité de "rapatrier" en Europe des capacités de production perdues au profit de l'Asie en particulier dans le domaine de la mobilité électrique.

D. L. avec AFP