BFM Business

Les Français sont attachés à l'euro

Seuls 28% souhaitent un retour au franc, un taux qui représente un point bas.

Seuls 28% souhaitent un retour au franc, un taux qui représente un point bas. - WDnetStudio- CC

Moins d'un tiers des Français souhaitent un retour au franc, selon un sondage Ifop pour Le Figaro et la Fondation Robert Schuman. Ils estiment aussi que certaines mesures relevant de la défense ou de l'immigration doivent être prises à l'échelon européen.

L'Europe aurait plus profité à ses voisins qu'à l'Hexagone, pensent les Français selon un sondage Ifop (1) pour Le Figaro et la Fondation Robert Schuman. Ils sont 46% à juger que la construction européenne a eu des effets positifs pour la France sur les soixante dernières années. Et ils sont 53% à être convaincus que les bénéfices ont surtout été vers les autres pays de l'Union.

Parmi les points positifs de l'Europe, on compte la création de la monnaie unique. Les Français y sont très attachés. Seuls 28% souhaitent un retour au franc, un taux qui représente un point bas : en mai 2010, 38% des Français souhaitait la sortie de l'euro. Chez les électeurs de Marine Le Pen, ce sont 67% des sondés qui sont en faveur d'un abandon de l'euro.

Les questions de fiscalités doivent rester de la responsabilité nationale

Les Français estiment aussi que l'Europe doit prendre en charge certaines responsabilités, comme les questions de défense (65% sont favorables), mais aussi la politique étrangère (60%) les questions d'immigration (60%) ou encore les problèmes de sécurité ( 56%).

Les Français sont plus prudents sur les points économiques, qu'ils considèrent plus du ressort de l'Hexagone. Ainsi, ils jugent à 55% que les questions de fiscalité doivent être gérées à l'échelle nationale, et 56% trouvent préférables que la politique économique et industrielles soit décidée par la France.

(1) Le sondage Le Figaro/Fondation Schuman a été conduit en ligne du 22 au 24 mars, par la méthode des quotas, sur un échantillon de 1600 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans ou plus.

La rédaction