BFM Business

Les fonctionnaires chouchoutés par le gouvernement

Le corps enseignant représente un fonctionnaire d'Etat sur deux.

Le corps enseignant représente un fonctionnaire d'Etat sur deux. - -

Le gouvernement multiplie les gestes à l'égard de ses agents. Outre l'étalement de la hausse de leurs cotisations retraites annoncée le 26 septembre, le projet de budget prévoit la suppression du jour de carence en cas de maladie.

Au bout du compte, ils ne s'en sortent pas si mal les fonctionnaires en cette rentrée 2013.

Certes, ils devront se serrer la ceinture l'an prochain puisqu'aucune mesure de revalorisation salariale n'est prévue. Mais alors que l'exécutif a élaboré un budget 2014 placé sous le signe des économies, entre les suppressions de postes et les créations dans les secteurs prioritaires, seuls 2.000 suppressions nettes de postes interviendront l'an prochain sur plus de 2 millions d'agents de l'Etat.

Et jeudi 27 septembre, Marylise Lebranchu, leur ministre, a confirmé un étalement de la hausse de leurs cotisations retraites sur quatre ans. Ce n'est pas tout. Le projet de budget 2014 prévoit aussi la suppression définitive du "jour de carence" non indemnisé en cas de maladie. Une vieille revendication des syndicats de la fonction publique.

> La disparition du jour de carence

Instaurée en 2012 par le gouvernement Fillon, le "jour de carence" consiste à ne pas indemniser le premier jour d'arrêt de travail d'un fonctionnaire. Les salariés, eux, doivent subir trois jours de carence, il est vrai souvent pris en charge par leur employeur dans le cadre de leur convention collective. L'objectif de l'ancienne majorité était d'endiguer l'absenteisme dans le public, pus élevé que dans le privé, en particulier dans les collectivités locales.

Le gouvernement Ayrault avait promis aux syndicats de supprimer cette mesure. Ce qui devrait être fait dans le budget 2014. Selon le projet de loi, cette suppression devrait coûter près de 130 millions d'euros aux caisses publiques, desquels il faudra déduire les économies réalisées par des contrôles renforcés des arrêts de travail des agents. Mais le gouvernement se garde bien de chiffrer ce gain.

> La hausse des cotisations retraites étalée

Comme les salariés du privé, les 5 millions de fonctionnaires de l'Etat, des collectivités locales et des hôpitaux sont appelés faire un effort supplémentaire dans le cadre de la réforme des retraites. Mais pour atténuer l'impact sur leur pouvoir d'achat, le gouvernement a décidé d'appliquer un mécanisme de lissage: la hausse des cotisations salariales sera étalée entre 2014 et 2017. La hausse devra à terme bien atteindre 0,3 point.

A la suite de la précédente réforme des retraites de 2010, le taux de cotisation des fonctionnaires augmente déjà progressivement pour être aligné sur celui du privé. La réforme Fillon a, en effet, institué une hausse de 0,27 point par an afin de rejoindre le niveau du privé en 2020.

> Les retraites toujours aussi coûteuses

Le projet de Budget 2014 confirme dans les chiffres le fait qu'aucune réforme de fond des retraites des fontionnaires n'a été décidée par le gouvernement Ayrault. La hausse des cotisations des agents en 2014 ne fera gagner que 200 millions d'euros à l'Etat. Au total, le coût des pensions représentera l'an prochain pour le seul Etat 45,4 milliards d'euros contre 45,2 milliards cette année.

Concernant les régimes spéciaux des salariés du public que le gouvernement n'a pas non plus voulu réformer, le projet de budget 2014 prévoit une subvention de 6,5 milliards d'euros pour les équilibrer. Soit le même montant que cette année. Ce qui démontre que ce sont les contribuables qui financeront toujours une partie de leurs pensions.

Patrick Coquidé