BFM Business

Le "ras-le-bol fiscal" fait des émules chez les socialistes

Ségolène Royal veut "stopper la dynamique de la hausse des impôts".

Ségolène Royal veut "stopper la dynamique de la hausse des impôts". - -

Ségolène Royal a emboîté le pas à Laurent Fabius et Julien Dray, jeudi 22 août, afin de mettre en garde le gouvernement contre toute hausse d'impôt excessive.

Le "ras-le-bol fiscal" semble désormais un fait reconnu par bon nombre de dirigeants socialistes. Au micro de BFMTV, Ségolène Royal a mis en garde contre une overdose fiscale, ce jeudi 22 août.

"Cela fait longtemps que je dis qu'il faut stopper la dynamique de hausse des impôts", a-t-elle notamment déclaré.

Un discours qui se généralise par ailleurs au sein du gouvernement. Après Pierre Moscovici, qui s'est dit, mardi 20 août, "sensible au ras-le-bol fiscal" des Français, Laurent Fabius lui a emboîté le pas, ce jeudi.

Invité de BFMTV-RMC, le ministre des Affaires étrangères –et ancien ministre de l’Economie de 2000 à 2002- a appelé à "faire attention" car "il y a un niveau au-delà duquel on ne doit pas monter".

"Un niveau au-delà duquel on ne doit pas monter"

De son côté, Julien Dray avait pris soin de se faire discret ces derniers temps. Devenu indésirable du côté de l’Elysée (et notamment de la Première dame), l’ancien député de l’Essonne semble peu à peu revenir sur le devant de la scène.

Après avoir remis en cause l’urgence de la réforme des retraites dans un entretien au Parisien du 12 août dernier, il en a remis une couche ce jeudi 22 août, cette fois sur la fiscalité.

Le vice-président de la région Ile-de-France met en effet en garde contre "un point limite" de l’impôt à ne pas dépasser, dans une interview à L’Opinion de ce jeudi 22 août.

"On a besoin d'impôts pour bien faire fonctionner notre pays, notamment ses services publics", assure-t-il. "Mais en même temps, il y a un point limite lorsque le système fiscal donne le sentiment que ceux qui travaillent et investissent ne le font plus que pour payer des impôts".

Y. D.