BFM Business

Le pouvoir d’achat des Français devrait augmenter l’an prochain

Le pouvoir d'achat des Français préoccupe le gouvernement.

Le pouvoir d'achat des Français préoccupe le gouvernement. - Bertrand Langlois - AFP

Selon une étude de l’OFCE, le Budget 2019 permettra un gain de 3,5 milliards d’euros pour l’ensemble des ménages. Mais il y aura également des perdants.

Le pouvoir d’achat, véritable enjeu économique et politique, va-t-il augmenter l’an prochain? Oui, ne cesse de répéter le gouvernement, qui estime à 5 milliards d’euros le bénéfice pour les Français des mesures sociales et fiscales du Budget 2019. Mais selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), ces prévisions sont trop optimistes.

D’après le chiffrage de l’institution, que Les Echos ont pu consulté, le gain s’élèvera plutôt à 3,5 milliards d’euros. Et tous les ménages ne seront pas logés à la même enseigne, la politique gouvernementale faisant – sans surprise – des gagnants et des perdants.

Dans le détail, la suppression des cotisations maladie et chômage (qui a déjà été compensée par la hausse de la CSG) fera gagner quelque 4,5 milliards d’euros aux salariés sur l’ensemble de l’année. La suppression partielle de la taxe d’habitation devrait également rapporter 3,5 milliards. Le prélèvement forfaitaire unique (ou flat tax), produira un gain de 600 millions d’euros, tandis que la revalorisation de la prime d’activité rapportera un milliard supplémentaire.

Augmentation des taxes sur le carburant

Voilà pour le positif. A côté de cela, l’OFCE estime que l’augmentation des taxes sur le carburant coûtera 2,8 milliards d’euros aux ménages. L’exécutif estime, lui, qu’une partie de cette hausse impactera les entreprises, d’où une différence dans les prévisions. Idem pour le tabac: quand l’OFCE parie sur une hausse de 800 millions d’euros pour les consommateurs, l’exécutif préfère miser sur une baisse de la consommation, et donc de l’effet sur le pouvoir d’achat.

En outre, la refonte du mode de calcul des APL devrait engendrait une baisse de pouvoir d’achat à hauteur de 1,2 milliard d’euros en 2019, selon l’OFCE. Tandis que la désindexation des retraites et de certaines prestations coûtera environ 3 milliards d’euros.

Y.D.