BFM Business

Le plan de relance de Bercy devra se faire sans laisser filer les déficits publics

Le premier document préparatoire au budget 2021 prévoit un déficit divisé par deux par rapport à cette année.

Les choses sont claires: la période du "quoi qu'il en coûte" est finie. Bercy va rester généreux pour financer le plan de relance mais pour le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, il n'est plus possible de laisser filer les dépenses publiques.

"Il n'est pas question que la relance économique se fasse au détriment sur le long terme de la bonne tenue des comptes publics français", a-t-il déclaré. Bercy est maintenant tourné vers l'avenir, et il n'est plus question d'afficher des chiffres aussi lourds qu'en 2020: 11% de déficit et 121% de dette.

Frein budgétaire

Le ministère a déjà publié le premier document préparatoire au budget 2021 et il prévoit un déficit divisé par deux l'année prochaine à -5,5%. Et pour remonter cette pente du déficit, Bercy va appuyer à nouveau sur la pédale de frein budgétaire. Bruno Le Maire ne veut pas que les aides à l'embauche des jeunes qui doivent être présentées le 14 juillet par le président de la République aient un coût excessif.

Sans oublier toute la politique de soutien aux entreprises. Les baisses d'impôts de production et les incitations à l'investissement feront bien partie du plan de relance mais il ne faut plus s'attendre aux ordres de grandeur qui étaient ceux de Bercy au plus fort de la crise.

Thomas Sasportas et OC