BFM Business

Le nouveau billet de 10 euros entre en circulation

La Banque centrale européenne dit avoir testé le nouveau billet, de manière à éviter les accidents qui avaient eu lieu avec le nouveau billet de 5 euros.

La Banque centrale européenne dit avoir testé le nouveau billet, de manière à éviter les accidents qui avaient eu lieu avec le nouveau billet de 5 euros. - Banque centrale européenne

Le nouveau billet va progressivement remplacer l'ancien modèle à partir de ce mardi 23 septembre. Objectif de ces billets de la série Europe, dont la coupure de cinq euros est déjà en circulation: rendre la contrefaçon plus difficile.

Des billets aux couleurs plus marquées, plus difficiles à contrefaire, et qui mettront plus de temps à s'user: après le nouveau billet de cinq euros, introduit dans nos portefeuilles l'année dernière, la Banque centrale européenne (BCE) a commencé à diffuser un nouveau billet de 10 euros, ce mardi 23 septembre.

L'ancien billet de 10 euros restera valable, mais sera peu à peu sorti de la circulation, avant d'être complètement retiré à une date qui sera annoncée longtemps à l'avance, précise la BCE.

Le prochain billet à être changé sera logiquement le billet de 20 euros, à une date encore non déterminée.

Des billets Europe à la sécurité renforcée

(Pour voir les innovations du nouveau billet de 10 euros, passez votre souris sur le billet)

Sur son site, la BCE dit vouloir "garder une longueur d'avance sur les faussaires". Le filigrane des billets de la nouvelle série arborent donc le portrait de la déesse grecque Europe, un dessin complexe à reproduire.

La banque a choisi de remplacer d'abord ses plus petites coupures, qui sont pourtant les moins concernées par les contrefaçons mais qui sont en revanche plus exposées à l'usure.

Pour éviter que certains appareils ne soient pas capables de recevoir les nouveaux billets, la BCE avait lancé une campagne de sensibilisation dès le mois de juin. En effet, l'introduction du billet de 5 euros avait connu quelques ratés, certaines machines dans les transports en commun refusant notamment de l'accepter.

Joseph Sotinel