BFM Business

Le gouvernement envisage de toucher aux allocations chômage des cadres

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud. - Éric Feferberg - AFP

L'exécutif réfléchit à instaurer la dégressivité des indemnités pour les cadres, voire un plafonnement de leurs allocations, selon une information des Échos.

Alors qu’il a repris la main sur la réforme de l’assurance chômage après l’échec des négociations entre les partenaires sociaux, le gouvernement commence à étudier plusieurs pistes pour faire des économies. Parmi elles, la révision des règles de l’assurance chômage des cadres, révèlent Les Échos.

Déjà en septembre, le Premier ministre Édouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud avaient émis l’idée d’instaurer la dégressivité des indemnités pour les cadres. Le locataire de Matignon envisageait notamment une diminution des allocations dans le temps pour ceux qui perçoivent des "salaires très élevés" ou qui bénéficient d’une "très forte employabilité", rappellent Les Échos. Une proposition qui n’avait finalement pas été retenue par les syndicats et le patronat.

Le plafonnement des allocations chômage à l'étude

Le gouvernement étant désormais à la manœuvre, la mesure pourrait revenir sur le tapis. Il envisagerait par ailleurs de plafonner les allocations chômage des cadres. Actuellement, les contributions à l’assurance chômage sont appliquées aux salaires bruts dans la limite d’un seuil fixé à quatre fois le plafond de la Sécurité sociale. Autrement dit, un allocataire ne peut pas percevoir plus de 7700 euros par mois environ.

Or, l’exécutif réfléchit à abaisser ce plafond, arguant que ce dernier est le plus élevé d’Europe. D’après l’Unédic, réduire le plafond à 3 fois celui de la Sécurité sociale (5775 euros) permettrait de réaliser 137 millions d’euros d’économies par an, sur un total de 34 milliards d’euros. Un abaissement de ce même plafond à 2,5 fois celui de la Sécurité sociale (4800 euros) dégagerait 285 millions d’euros.

"Opportunisme"

Sur France 2, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, s’est opposé ce lundi à une diminution des allocations chômage des cadres, expliquant être favorable à un "système de dégressivité pour aucun chômeur indemnisé". "À chaque fois qu’on baisse l’indemnisation des demandeurs d’emploi, on baisse leur capacité à retrouver du travail. […] Il y a un sujet sur les cadres mais l’indemnisation dégressive, je crois que c’est mettre le doigt dans un système qui n’a jamais prouvé son efficacité", a-t-il ajouté.

De son côté, la CFE-CGC, syndicat de l’encadrement, s’est également opposé à un tel projet. Son secrétaire national, Jean-François Foucard, a dénoncé "l’opportunisme" de l’exécutif. Sur RTL, François Hommeril, président du syndicat, a pour sa part qualifié la démarche du gouvernement de "populiste sans aucune piste d'économies sérieuse". 

Paul Louis