BFM Business

Le déficit français sera le pire de l'UE en 2016, selon Bruxelles

La Commission européenne voit le déficit français plus près des 4% que des 5% en 2016.

La Commission européenne voit le déficit français plus près des 4% que des 5% en 2016. - Commission européenne

La Commission européenne annonce ce 4 novembre que, selon ses prévisions, le déficit français va s'aggraver à 4,7% et devenir le plus important de tous les pays membres en 2016. Pour Michel Sapin, ces prévisions ne tiennent pas compte des récentes mesures d'ajustement.

L'assainissement des comptes publics français n'est pas pour demain, à en croire les nouvelles prévisions de la Commission européenne. Ce mardi, Bruxelles publie en effet des prévisions plus pessimistes concernant le déficit français: il devrait s'aggraver et devenir le plus important de l'Union européenne en 2016, à 4,7%. En 2015, il devrait atteindre 4,5% du PIB.

Michel Sapin, ministre des Finances, a relativisé cette annonce ce 4 novembre, précisant qu'elle ne tenait pas compte des récentes mesures d'ajustement, a-t-il déclaré. "Ces prévisions de déficit public ont été faites avant toute proposition nouvelle" a-t-il déclaré. Un peu plus tard, son entourage va plus loin, assurant que Bruxelles publie "un calcul purement théorique" qui "ne signifie rien". 

La Commission aurait donc établi ces nouvelles prévisions avant que les prévisions gouvernementales aient été elles-mêmes revues à la hausse, à 4,3% en 2015. Sans parler des 3% en 2017, comme le promet le gouvernement, qui semblent de moins en moins crédible.

Une croissance atone dans toute la zone euro

Lors de ses prévisions d'automne, publiées ce 4 novembre, l'exécutif communautaire a estimé que la situation économique et de l'emploi ne s'améliorait pas assez rapidement. Et ce, plus globalement dans toute l'Union.

Selon Bruxelles, la croissance de la zone euro ne devrait pas dépasser 0,8% cette année et 1,1% en 2015. Au printemps dernier, la Commission anticipait pourtant une croissance de 1,2% cette année et de 1,7% l'an prochain pour les 18 pays de l'union monétaire. La zone euro ne devrait atteindre finalement 1,7% de croissance du PIB qu'en 2016, soit un an plus tard que prévu.

L'inflation dans la zone euro ne devrait pas dépasser 0,5% cette année et 0,8% l'an prochain avant d'accélérer à 1,5% en 2016, restant sous l'objectif de 2% de la Banque centrale européenne (BCE). Au printemps, la CE tablait encore sur une inflation de 0,8% cette année et 1,2% en 2015.

Quant au chômage, il devrait s'établir à 11,6% cette année et 11,3% l'année prochaine contre 11,8% et 11,4% attendus respectivement il y a six mois. 

N.G. avec agences