BFM Business

Déficit: Sapin demande une "adaptation" des règles européennes

Michel Sapin a demandé dimanche une "adaptation" des règles européennes en matière de déficit budgétaire.

Michel Sapin a demandé dimanche une "adaptation" des règles européennes en matière de déficit budgétaire. - Alain Jocard - AFP

Michel Sapin a assuré dimanche 5 octobre que la France ne voulait pas demander de "dérogation" aux règles européennes concernant les déficits. Le ministre des Finances souhaite cependant une "adaptation" de celles-ci, afin de tenir compte de la faiblesse de la croissance.

La France ne réclame aucune dérogation à la Commission européenne en matière de réduction de son déficit budgétaire mais une "adaptation" des règles pour tenir compte de la faiblesse de la croissance et de l'inflation, a réaffirmé dimanche le ministre des Finances, Michel Sapin.

"La France prend ses responsabilités, mais l'Europe aussi doit prendre ses responsabilités et adapter sa politique à la situation économique d'aujourd'hui, sinon on risque de rester longtemps, beaucoup trop longtemps dans une très faible croissance avec une très faible inflation", a déclaré le ministre lors de l'émission Le grand rendez-vous d'Europe 1, Le Monde et I-Télé.

"Je ne demande aucune dérogation à aucune règle, ce serait inadmissible (...). Ces règles nous les avons voulues; elles doivent s'appliquer pour tout le monde", a assuré Michel Sapin. "Si nous ne faisons rien les uns et les autres il y a un risque de situation à la japonaise" (c'est-à-dire une longue stagnation simultanée de l'activité économique et des prix), a plaidé le ministre.

Le budget rejeté par la Commission européenne?

Michel Sapin a par ailleurs, comme il l'a fait dans un entretien au Journal du dimanche paru le même jour, rejeté des informations selon lesquelles la Commission européenne risquait de retoquer le projet de Budget pour 2015, assurant qu'elle se prononcerait "le jour venu".

Deux jours après la présentation du projet de loi de finances pour 2015, une source européenne avait indiqué que la France risquait d'être contrainte par la Commission européenne de revoir ce budget qui prévoit un net dérapage des finances publiques par rapport à la trajectoire antérieure.

Le projet présenté mercredi prévoit une très légère baisse du déficit budgétaire, à 4,3% du PIB après 4,4% cette année. Il devrait se réduire à 3,8% en 2016 puis 2,8% en 2017, revenant ainsi sous la limite fixée par Bruxelles deux ans après la date prévue.

M. K. avec AFP