BFM Business

La France lance son commandement militaire de l'espace pour défendre ses satellites

La France installe officiellement ce dimanche à Toulouse son commandement de l'espace avec un général des forces spatiales, mais surtout une ambition: celle de défendre ses satellites stratégiques. Coût de l'opération: 700 millions d'euros.

Lasers aveuglants, mitraillettes pour décourager les espions… Ce dimanche 1er septembre, l'armée spatiale débarque à Toulouse. Un commandement de l'espace tricolore y sera installé. Sa mission repose, d'une part, sur le fait d'assurer la protection des satellites français, d'autre part, sur le fait de réguler l'accès à l'espace. Ce nouveau commandement sera placé sous la houlette du chef d’état-major de l’armée de l'air. Une initiative qui intervient alors que le président américain Donald Trump a annoncé à son tour jeudi soir le lancement dans un proche avenir d'un commandement militaire de l'espace pour les Etats-Unis. 

Côté français, la ministre de l'Armée Florence Parly n'a cessé de rappeler ces derniers temps que "l'espace n'est pas le Far West". "Des satellites espionnés, brouillés, ou encore éblouis ; les moyens de gêner, neutraliser ou détruire les capacités spatiales adverses existent et ils se développent : nous le savons, l’ombre de la menace est bien réelle. A cette arsenalisation rampante de l’espace, s’ajoutent les risques liés à la démocratisation de l’accès à l’espace, le New Space. Je pense notamment aux entreprises de la Silicon Valley qui s’emparent de l’espace, parfois au mépris de l’autorisation des Etats dont elles relèvent", déclarait ainsi la ministre en juillet dernier dans son discours de présentation de sa stratégie spatiale de défense.

Très chère guerre des étoiles

Sauf que cette politique spatiale de défense à un coût (élevé). "3,6 milliards d'ici 2025 dans le cadre de la loi de programmation militaire avec une rallonge de 700 millions d'euros pour ce nouveau commandement de la défense", souligne notre journaliste Jean-Baptiste Huet dans la matinale de Good Morning Business ce vendredi 30 août.

Ce commandement sera donc installé à Toulouse. La ville rose se positionne en effet comme la capitale mondiale de l'aéronautique. "Tout le monde est là", explique Jean-Baptiste Huet. "Thales par exemple qui a fabriqué 50% de la station spatiale internationale. Airbus, de la fusée Ariane en passant par les satellites d'observation, Safran et ses moteurs. Et surtout derrière, une ribambelle de PME spécialisées… Cette conquête militaire de l'espace doit se traduire par des commandes".

Résultat: l'armée française a besoin des entreprises. Il s'agit, à terme, de créer autour de Toulouse un campus spatial avec son académie de l'espace pour susciter des vocations. Et pourquoi pas "servir la France sous les étoiles", conclut Jean-Baptiste Huet.

J.C-H