BFM Business

La Croatie en procédure de déficit excessif

L'Union européenne pourrait appliquer des sanctions financières contre la Croatie en 2016.

L'Union européenne pourrait appliquer des sanctions financières contre la Croatie en 2016. - -

Alors que son entrée dans l'UE date du 1er juillet 2013, le pays accuse un déficit de 5,4%. L'Ecofin a rappelé le gouvernement de Zagreb à l'ordre ce mardi 28 janvier.

A peine sept mois après l'entrée de la Croatie dans l'Union Européenne, le Conseil des ministres des Finances de l'UE a décidé de placer le pays en procédure de déficit excessif. Vendredi 28 janvier, l'agence S&P avait déjà abaissé la note du pays, de BB+ à BB.

Le ministre grec des Finances, Yannis Stournaras, l'a annoncé, ce mardi 28 janvier, à l'issue d'une réunion de l'Ecofin avec ses homologues. Ils invitent Zagreb à prendre des mesures pour y remédier rapidement.

"Il est essentiel que la Croatie agisse de manière décisive pour créer les conditions d'une reprise et d'une croissance durables, avec des créations d'emplois", a exhorté le commissaire européen chargé des Affaires économiques, Olli Rehn, assurant que "la Commission travaillera en contact étroit avec les autorités croates".

La dette croate à 64,7% en 2014

Théoriquement, cette procédure pourrait conduire à des sanctions financières si le gouvernement croate ne prouve pas qu'il a engagé des mesures de réduction du déficit d'ici à 2016.

Les Etats de l'UE peuvent l'entamer si un des leurs ne respecte pas les critères du pacte de stabilité et de croissance, qui fixe la limite du déficit public à 3% du PIB et celle de la dette à 60%.

En novembre, la Commission européenne avait demandé au Conseil de lancer la procédure contre la Croatie. L'économie croate est en récession depuis 2008, et le PIB du pays a chuté de 12% en six ans.

Selon les dernières prévisions de la Commission européenne publiées en novembre, le déficit de la Croatie devrait s'élever à 5,4% en 2013, 6,5% en 2014 et 6,2% en 2015. Quant à la dette, elle devrait atteindre 59,6% du PIB en 2013, 64,7% en 2014 et 69% en 2015.

J.S avec AFP