BFM Business

L'Europe a gaspillé 38 millions d'euros pour des aéroports vides

L'UE aurait gaspillé 38 millions d'euros d'investissements pour des aéroports coquilles vides.

L'UE aurait gaspillé 38 millions d'euros d'investissements pour des aéroports coquilles vides. - Patrick Hertzog - AFP

L'Union européenne a investi 38 millions d'euros pour financer des aéroports dans cinq Etats membres qui ne sont absolument pas utiles, déplore ce mardi la Cour des comptes européenne.

38 millions d'euros. Voici le montant qu'aurait gaspillé l'Union européenne pour financer des aéroports coquilles vides, a regretté ce 16 décembre la Cour des comptes européennes. Bruxelles a investi cette somme pour financer ces pistes ou terminaux finalement pas utilisés dans cinq Etats membres, dont trois du sud.

La Cour s'est rendu compte de ce gâchis à l'occasion d'un audit réalisé sur des investissements européens à hauteur de 666 millions d'euros entre 2000 et 2013. Un montant dédié à développer 20 infrastructures portuaires en Grèce, Espagne, Estonie, Italie et Pologne.

Des hausses de trafic surrévaluées

"Ces investissements se sont avérés peu rentables en l'absence de planification et de prévision adéquates, certains des aéroports financés étaient situés trop près les uns des autres, tandis que certains projets de construction étaient trop importants pour le nombre d'avions et de passagers concernés", note le rapport.

"Certaines des infrastructures financées, pour l'équivalent de 38 millions d'euros, n'ont pas du tout été utilisées", pointe le rapport. C'est notamment le cas de deux terminaux pour très gros porteurs, des "cargos", à l'aéroport de Salonique, dans le nord de la Grèce.

Selon l'institution qui contrôle les dépenses de l'Union européenne, seule la moitié des 20 aéroports ayant bénéficié de fonds européens avaient réellement besoin de réaménagements. Quant aux autres, ils n'ont simplement pas enregistré les hausses de trafic prévues entre 2007 et 2013.

Des installations surdimensionnées

L'aéroport espagnol de Cordoue s'est ainsi agrandi pour être en mesure d'accueillir 179.000 passagers par an, alors qu'il n'y en aura eu que 7.000 en 2013.

Quelque 225 millions d'euros ont donc été affectés à des installations "surdimensionnées". Le tout sans qu'il apparaisse que "le service aux usagers a été amélioré ou que des avantages socio-économiques, comme la création d'emplois supplémentaires, aient été générés".

Près de la moitié des aéroports examinés a par ailleurs connu des dépassements de coûts, ce qui a contraint les Etats membres concernés à dépenser "quelque 100 millions d'euros de plus que ce qu'ils avaient initialement prévu", relève également la Cour.

La Commission européenne fait son mea culpa dans sa réponse à cet audit, inclus dans le rapport de la Cour. "Dans certains cas", ces investissements ne représentent pas "un usage efficace des fonds européens", reconnaît-elle.

Mais grâce à un changement "radical" des règles pour la nouvelle période de programmation budgétaire 2014-2020, "ce type de situation ne se renouvellera pas", a assuré son porte-parole en charge du Budget, Jakub Adamowicz. 

N.G. avec AFP