BFM Business

L'Allemagne reconnaît que les bas salaires sont un "avantage déloyal"

L'excédent commercial allemand est de 200 milliards d'euros en 2013.

L'excédent commercial allemand est de 200 milliards d'euros en 2013. - -

Le secrétaire d'Etat aux affaires européennes allemand estime que les excédents commerciaux de son pays sont dus aux faibles rémunérations pratiquées par les entreprises Outre-Rhin. L'application d'un salaire minimum devrait aider à rétablir la balance.

Les excédents commerciaux records enregistrés par l'Allemagne, de 198 milliards d'euros en 2013, sont-ils dus à des "pratiques déloyales"? Le secrétaire d'Etat allemand aux affaires européennes, Michael Roth, l'affirme, et reconnaît que les bas salaires favorisent la compétitivité allemande.

Alors que la Commission européenne examine les excédents allemands, le secrétaire d'Etat social-démocrate reconnaît les torts de son pays. "Des déséquilibres sont apparus dans l'Union européenne et nous avons le devoir de les corriger. Ce n'est pas seulement le devoir des pays en déficit mais aussi celui de l'Allemagne", a-t-il déclaré, ce jeudi 21 février.

La limite européenne de 6% dépassée depuis 2007

Sur ce sujet, les sociaux-démocrates s'opposent aux conservateurs et à Angela Merkel, qui défend sa politique d'excédent commercial. Les normes européennes le limite pourtant à 6% du PIB, un chiffre que l'Allemagne dépasse constamment depuis 2007.

La réduction de l'excédent commercial "est un sujet sensible en Allemagne", a reconnu M. Roth. "Il a souvent été affirmé à tort qu'il s'agissait de réduire nos exportations. Ce n'est pas du tout ça. Il s'agit d'augmenter la demande intérieure".

Selon lui, le nouveau gouvernement de coalition, qui associe les conservateurs aux sociaux-démocrates, a déjà "lancé un signal clair" avec l'introduction d'un salaire minimum universel de 8,50 euros de l'heure, qui doit être mis en oeuvre au plus tard d'ici 2017.

J.S avec AFP