BFM Business

Bruxelles ouvre une enquête sur les excédents commerciaux allemands

La Commission européenne précise bien qu'il ne s'agit pas "d'une enquête au sens judiciaire du terme".

La Commission européenne précise bien qu'il ne s'agit pas "d'une enquête au sens judiciaire du terme". - -

La Commission européenne a annoncé, ce mercredi 13 novembre qu'elle allait ouvrir une enquête approfondie sur les excédents commerciaux de l'Allemagne. Une grande première pour Berlin.

Le couperet est finalement tombé. Ce mercredi 13 octobre, la Commission européenne a annoncé qu'elle allait ouvrir une enquête approfondie sur les excédents commerciaux allemands. C'est la première fois que Bruxelles lance une telle action à l'égard de Berlin.

"L'Allemagne a affiché un excédent commercial important (...) qui justifie d'enquêter", a expliqué le président de la Commission, José Manuel Barroso, en conférence de presse.

''Ce n'est pas une enquête dans le sens judiciaire du terme", avait-il toutefois nuancé sur LCI mardi 12 novembre. Cette enquête pourrait néanmoins déboucher sur des mesures contraignantes imposées à Berlin. Le 5 novembre dernier, la Commission européenne avait déjà jugé que les excédents commerciaux allemands "pèsent sur la reprise" en Europe.

Corriger les déséquilibres

Pour l'exécutif européen, les excédents commerciaux allemands montrent que le pays n'a pas encore pris les mesures nécessaires pour dynamiser davantage sa demande intérieure, privant ainsi les autres pays européens d'un potentiel soutien à leur croissance.

La Commission européenne espère ainsi que cet examen permettra ainsi de corriger les "déséquilibres macroéconomiques à l'intérieur de l'union monétaire".

Depuis 2007, l'excédent commercial de l'Allemagne a dépassé chaque année 6% de son PIB. Lundi 11 novembre, le Commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, sur son blog, a appelé l'Allemagne à relancer sa demande intérieure pour favoriser la croissance européenne, souhaitant transformer "le surplus allemand en un accord gagnant-gagnant pour la zone euro".

Il invitait le pays à "ouvrir les goulets d'étranglement de la zone euro".

Outre l'Allemagne, Bruxelles a ouvert des enquêtes contre quinze autres pays, dont la France. Dans le cas de l'Hexagone, la Commission européenne va évaluer "la persistance des déséquilibres", en matière de compétitivité.

J.M.