BFM Business

L'Allemagne ne comprend pas le débat français sur l'austérité

Berlin s'inquiète du double discours de François Hollande sur la croissance

Berlin s'inquiète du double discours de François Hollande sur la croissance - -

François Hollande a balayé, mercredi 10 avril, les demandes d'Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, qui réclament moins d'austérité. L'Allemagne, elle, s'inquiète de ce débat et espère que la France va conduire les réformes structurelles nécessaires.

Alors que Benoît Hamon et Arnaud Montebourg réclament un changement de cap économique, et fustigent toute mesure d'austérité, François Hollande a déclaré, mercredi 10 avril, qu'il maintenait la ligne politique, fixée depuis 10 mois. Autrement dit, celle du redressement financier et productif.

A Berlin, les cabinets ministériels allemands ont du mal à comprendre le débat sur l'austerité.

Ils préfèrent parler de discipline budgétaire. Et l'entourage du ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, se dit préoccupé par l'aile gauche de la majorité en France, qui tourne le dos à un chemin qu'elle n'a pas encore emprunté. Ce chemin est celui réformes structurelles.

Berlin reste prudent face au discours de François Hollande

Et,en Allemagne, la seule question qui se pose est : François Hollande ira-t-il jusqu' au bout ? Berlin reste ainsi très prudent face à un double discours de l'Elysée axé à la fois sur le sérieux budgétaire et le soutien à l'activité et à l'emploi.

Les Allemands sont pour la croissance, mais pour une croissance avec des bases solides, c'est à dire des finances publiques assainies.

En fait, les réformes structurelles mettent du temps avant de produire des effets, ce qui pose une difficulté politique. Et l'entourage de Wolfgang Schäuble est catégorique : plus la France attend, plus cela sera douloureux.

Mathieu Jolivet