BFM Business

Kalfon: s'il est élu, Montebourg pourrait "nationaliser une grande banque"

François Kalfon était l'invité de BFM Business

François Kalfon était l'invité de BFM Business - BFM Business

Arnaud Montebourg est sur le point d'annoncer sa candidature à l'élection présidentielle, dimanche 21 août. François Kalfon, probable directeur de campagne de l'ex-ministre, a livré sur BFM Business quelques axes de son possible programme économique. Et la nationalisation d'une grande banque est une possibilité.

Arnaud Montebourg en marche vers l'élection présidentielle. L'ex-ministre du Redressement productif va, sauf improbable surprise, annoncer sa candidature lors de la fête de la rose de Frangy-en-Bresse, dimanche 21 août. La question sera de savoir s'il passera par la case des primaires.

Invité de BFM Business ce vendredi 19 août, François Kalfon, le secrétaire national du PS en charge du travail, l'emploi et le dialogue social pourrait bien être son futur directeur de campagne. "On verra dimanche, s'il y a une campagne, il faudra peut-être la diriger", affirme le proche de l'ancien ministre.

"Pourquoi ne pas nationaliser une grande banque?"

Le conseiller régional d'Île-de-France en a profité pour livrer les thèmes clés autour desquels la campagne d'Arnaud Montebourg pourrait s'articuler sur l'économie. Évidemment, "le marqueur c'est le made in France", affirme François Kalfon.

Mais une autre idée plus audacieuse pourrait également être au programme: nationaliser une grande banque. En effet, François Kalfon regrette que "les PME-PMI n'arrivent pas à grandir car elles ne trouvent pas de financement".

"Il y a un excès de liquidités qui est capté par l'assurance-vie mais il ne va pas au financement des entreprises. Il faut donc une grande banque qui participe directement au financement. Pourquoi ne pas en nationaliser une?", considère-t-il ainsi avant d'ajouter qu' "il faut être innovant".

François Kalfon a refusé de dire quelle banque française pourrait être plus précisément concernée. Par ailleurs, le secrétaire national du PS estime aussi que cette grande banque pourrait tout aussi bien "être créé eex nihilo".

Dans tous les cas "il faut un outil qui dispose d'actifs très importants et dont l'orientation soit le financement de l'économie" car si le rôle de la BPI "est très important dans le déclenchement d'autres financements et agi comme un signal pour du private equity" il "n'est pas suffisant", juge François Kalfon.

J.M.