BFM Business

Hollande dépense (un peu) moins pour voyager, lui ! 

Le chef de l'Etat a voyagé 90 fois en 2014

Le chef de l'Etat a voyagé 90 fois en 2014 - Alain Jocard-AFP

Pour mettre un terme à la polémique sur son escapade berlinoise en avion gouvernemental, le Premier ministre a décidé de rembourser une partie du coût. Dans le même temps, on apprend que François Hollande a moins dépensé en 2014 pour ses déplacements officiels...

Empêtré depuis samedi dans son affaire d'aller-retour à Berlin en avion gouvernemental pour assister à un match de football, Manuel Valls a décidé ce jeudi de rembourser la part de ses deux enfants l'accompagnant. Mais pour l'opinion, le mal est fait: le Premier ministre a fait un mauvais usage de l'argent public. 

14,5 millions pour Hollande

Coïncidence: Bercy vient de rendre public les comptes 2014 de l'Elysée qui devraient être avalisés par le Parlement début juillet dans le cadre de la loi de règlement. On y apprend que l'an dernier, les déplacements du "président normal" ont coûté 14,5 millions d'euros sur un budget global de l'Elysée de 98,27 millions, soit 1,6% de moins qu'en 2013, année où deux présidents ont voyagé, Nicolas Sarkozy jusqu'en mai, puis François Hollande. 

L'explication de cette (petite) économie tient d'abord dans le nombre de déplacements présidentiels, moins nombreux que l'année précédente: 90 contre 97. Sur ces 90 voyages, 46 se sont déroulés en France, 21 en Europe et 23 au delà. Pourtant, certains déplacements ont coûté très cher au budget de la présidence: Australie, Canada ou Caucase. 

Globalement, la facture des voyages présidentiels en avions gouvernementaux de l'ETEC (l'escadron de transport basé à Villacoublay), essentiellement l'Airbus A 330 ( 20.776 euros l'heure de vol) et les deux Falcon 7X (4.742 euros), a atteint 6,63 millions d'euros en 2014 alors que le budget initial avait prévu 500.000 euros de plus. 

Moins de vols directs

En fait, la légère baisse du coût des voyages présidentiels tient aussi dans les mesures d'économies prises à l'arrivée de François Hollande.

Pour chaque déplacement à l'étranger, les conseillers diplomatiques et les "précurseurs" (officiers de sécurité venant repérer les lieux) voyagent en classe économique. Et les vols avec escale sont privilégiés par rapport aux vols directs, plus coûteux.

Enfin les invités du président (chefs d'entreprises, écrivains....) sont "invités" à payer leur voyage qui était avant offert par la République...

P.C