BFM Business

François Hollande promet de nouvelles aides aux agriculteurs

François Hollande veut "mener la bataille" pour l'avenir de l'agriculture

François Hollande veut "mener la bataille" pour l'avenir de l'agriculture - -

Face aux difficultés rencontrées ces derniers mois par les agriculteurs, François Hollande a promis des mesures rapides. Un plan d'action est présenté ce mercredi en Conseil des ministres.

"Je veux faire du secteur agricole et agroalimentaire un moteur pour la croissance", a déclaré François Hollande, mardi 11 septembre, lors d’une visite au 26ème salon de l’élevage à Rennes. "Je sais la part que prennent les agriculteurs à la richesse de la France. L'agriculture et l'agroalimentaire constituent le premier excédent commercial de notre pays", a-t-il ajouté.

Mais la France est passée du 2ème au 4ème rang mondial des exportateurs de produits agricoles et agroalimentaires. Le Président veut donc "partir à la reconquête des parts de marchés perdus". Pour cela, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, présente ce mercredi en Conseil des ministres, un plan d’action en faveur des agriculteurs.

"Ce plan prévoira l'échelonnement des cotisations sociales et un accompagnement bancaire individuel pour les éleveurs qui connaissent des difficultés". Selon le Président, l'Etat doit accompagner la solidarité professionnelle par la solidarité nationale pour les agriculteurs. Par ailleurs, un nouveau dispositif fiscal sera mis en place en 2013 pour lisser les variations trop fortes de revenus.

Les agriculteurs victimes des prix des matières premières

Les agriculteurs font actuellement face à une forte volatilité des prix des matières premières. François Hollande doit d'ailleurs rencontrer la semaine prochaine, José Graziano da Silva, directeur général de la FAO.

"Une nouvelle étape doit être franchie. La position que je défendrai est la suivante: améliorer la transparence des transactions et des opérateurs sur les marchés financiers de matières premières, renforcer la surveillance des positions et accroître les capacités d'intervention des régulateurs".

Diane Lacaze et AFP