BFM Business

Tensions d'approvisionnement: il risque de manquer de décorations de Noël dans certaines villes

Si Paris vient d’annoncer la date des illuminations sur les Champs-Elysées, parrainées cette année par la chanteuse Clara Luciani, d’autres villes vont avoir plus de mal à allumer les guirlandes. En cause, les difficultés d’approvisionnement.

C’est la course contre-la-montre avant Noël. Les entreprises chargées d’enchanter les rues de nos villes sont parfois en retard. C’est le cas de Loom Up Concept, rapporte Ouest France. Spécialisée dans la décoration de Noël pour des communes, la société située dans la Loire, craint de ne pas pouvoir livrer toutes les villes à temps. Une soixante de commandes sont toujours en attente, à quelques semaines de l’allumage.

Les entreprises ont dû anticiper leurs commandes comme jamais auparavant. Chez Pyro Concept, le gros des commandes a été passé en mars dernier. Habituellement, le calendrier s’étend jusqu’en septembre! Leurs clients, une cinquantaine de communes de l’Ouest, commençaient à s'impatienter. Malgré ces précautions prises, “certaines livraisons arrivent tout juste”. Et les prix s’envolent: “jusqu’à +30% pour des éléments de décoration”. Résultat, des villes préfèrent recycler et réparer la décoration de l’année dernière. Moins cher et sans risque de retard de livraison.

La faute aux conteneurs

L’explication de la pénurie: les conteneurs, restés bloqués dans les ports avec la marchandise à bord, ce qui affecte toute la chaîne: les illuminateurs comme les fournisseurs. Ces derniers ont dû stocker, à leurs frais, en attendant de pouvoir livrer leurs clients. C’est le cas de Blachere Illuminations, fournisseur pour des entreprises bretonnes. “Les communes veulent allumer avant cette année, notamment pour retrouver une part de la magie de Noël qui a manqué l’année dernière avec la crise sanitaire. Les clients nous appellent tous en avance”, assure la direction à BFM Business.

Et autre écueil cette année pour les villes, l'augmentaiton des prix de l'électricité. A Limoges par exemple, comme l’explique France Bleu, les lumières s’éteindront tous les soirs à une heure du matin au lieu de deux heures l’année dernière, afin de ne pas faire flamber la facture.

Sofiane Aklouf