BFM Business

Les ménages ont perdu en moyenne 440 euros de revenus de 2008 à 2016

Le revenu disponible moyen par ménage français en euros constants aurait reculé de 440 euros au cours de la période 2008-2016, soit -1,2 %. Une partie de cette baisse serait liée aux évolutions de la législation socio-fiscale sur la période, selon une étude de l'OFCE.

La grogne sociale qu'expriment les gilets jaunes va trouver, avec ces statistiques économiques, de quoi se nourrir en partie. Selon une étude de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) publiée par l'Insee, le revenu disponible moyen par ménage en euros constants serait, en 2016, inférieur de 1,2 % à son niveau de 2008, soit une perte de 440 euros sur la période.

-
- © -

Les réformes socio-fiscales sur la période "visant le redressement structurel des comptes publics engagées à la suite de la crise économique, la hausse du chômage et du temps partiel et les évolutions démographiques sont des facteurs explicatifs possibles de cette diminution", expliquent les auteurs de cette analyse.

Les prélèvements ont coûté 750 euros par ménage...

Entre 2008 et 2016, les nouvelles mesures "concernant les prélèvements et les prestations sociales ont réduit le revenu disponible des ménages de 14,3 milliards d’euros (– 1,4 %) ou 500 euros par ménage" explique L'Insee. Dans le détail, cette moyenne de 500 euros découle d'une hausse de 750 euros des prélèvements compensée partiellement par une hausse moyenne de 250 euros de diverses prestations sociales et minima sociaux (cf infographie ci-dessous).

...Mais ils ont joué leur rôle d'amortisseur social

Cette perte moyenne de 500 euros masque toutefois le fait que certaines mesures "ont renforcé le rôle d’amortisseur social du système redistributif" commentent les économistes de l'OFCE. Ainsi, la baisse moyenne du revenu disponible des ménages n'affecte pas tous les Français selon leur niveau de vie: les ménages les plus aisés ont été les plus mis à contribution.

"Les 5% les plus riches ont vu leur revenu disponible annuel diminuer de 5640 euros sous l’effet des mesures nouvelles concernant les prélèvements (hausse des cotisations sociales, création d’une tranche d’impôt sur le revenu (IR) à 45 %, imposition au barème de l’IR des revenus du capital, etc.)" souligne l'OFCE.

-
- © -

À l'autre extrémité de l'échelle des revenus, les ménages les plus modestes ont bénéficié de la politique sociale et des amortisseurs sociaux: "les 5 % les plus modestes ont vu leur revenu disponible annuel s’accroître de plus de 450 euros et les 5 % au-dessus l’ont vu s’accroître de 890 euros du fait des réformes des prestations (revalorisation des minima sociaux, création de la prime d’activité, etc.)", explique l'étude.

Outre les évolutions de la législation socio-fiscale, d’importantes évolutions démographiques entre 2008 et 2016, ont exercé une influence significative sur le revenu disponible des ménages. L’augmentation de la part des personnes seules et des familles monoparentales (+1,9%), aux revenus plus modestes, a fait baisser la taille des ménages, mais également fait baisser le revenu disponible moyen des ménages de l’ordre de 400 euros (– 1,1 %) selon les calculs de l'OFCE.

Frédéric Bergé