BFM Business

Darmanin évalue à 10 milliards d'euros le coût de l'ensemble des mesures pour le pouvoir d'achat

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a chiffré à 2,5% le déficit public, hors bascule du CICE (0,9 pt), après les mesures en faveur du pouvoir d'achat annoncées par l'exécutif.

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a chiffré à 2,5% le déficit public, hors bascule du CICE (0,9 pt), après les mesures en faveur du pouvoir d'achat annoncées par l'exécutif. - Ludovic Marin-AFP

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, chiffre l'ensemble des mesures sociales à 10 milliards d'euros, dont 4 milliards de "recettes en moins" dus au gel de la taxe carbone et "autour de 6 milliards sans doute" les mesures annoncées lundi par Emmanuel Macron.

La facture pour le budget de l'État de l'ensemble des mesures de pouvoir d'achat commence à être évaluée. Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a chiffré au Sénat, ce mardi, les mesures présentées par Édouard Philippe la semaine dernière et Emmanuel Macron, hier lundi, à 10 milliards d'euros. Dans le détail, le surcoût pour le budget public se décompose en 4 milliards de "recettes en moins" dus au gel de la taxe carbone et "autour de 6 milliards sans doute" pour les mesures annoncées lundi soir par le président Emmanuel Macron.

En conséquence de quoi, le ministre des Comptes publics a évalué à 2,5% le déficit public, hors bascule du CICE (0,9 pt), après les mesures en faveur du pouvoir d'achat annoncées par l'exécutif. Si on intègre la bascule du CICE (transformation du crédit d'impôt compétitivité emploi en baisses de charges pérennes) en 2019, le déficit passera l'an prochain de 2,8% à 3,4% du PIB.

"Le déficit à 3,4% n'est pas le chiffre définitif"

Mais c'est un chiffre "avant gages, en d'autres termes avant les mesures d'économie qui seront présentées avant la présentation du projet de budget 2019 à l'Assemblée en nouvelle lecture", a-t-on précisé de source gouvernementale. "Le déficit à 3,4% n'est donc pas le chiffre définitif".

Gérald Darmanin a rappelé que le gouvernement avait proposé initialement à Bruxelles un déficit de 1,9%, toujours hors bascule du CICE (transformation du crédit d'impôt compétitivité emploi en baisses de charges pérennes). Du fait de ce passage d'un système à un autre, l'Etat va devoir supporter en 2019 à la fois la baisse de charges patronales pour l'année en cours, et le remboursement du CICE pour les précédentes.

F.Bergé avec AFP