BFM Business

Valls reporte la présentation du programme de stabilité à fin avril

Manuel Valls s'exprimait devant des élus de la majorité PS.

Manuel Valls s'exprimait devant des élus de la majorité PS. - -

Le Premier ministre a annoncé, ce mardi 8 avril au cours d'une réunion devant des députés socialistes, qu'il comptait mettre en place un projet de loi de finances rectificative avant l'été prochain. Et la présentation du programme de stabilité aura finalement lieu fin avril.

Le Premier ministre balise le terrain. Ce mardi 8 avril, Manuel Valls a annoncé, lors d'une réunion avec des députés PS, qu'il prévoit un projet de loi de finances rectificative 2014 avant l'été, ont rapporté plusieurs élus de la majorité.

Ce projet de loi de finances rectificative (appelé aussi collectif budgétaire) interviendrait en juin, selon François Loncle, député PS de l'Eure, tandis qu'Elisabeth Guigou, députée de Seine-Saint-Denis, a parlé d'une présentation "avant l'été".

Selon les parlementaires, cités par l'agence de Reuters, le gouvernement présentera alors de nouvelles mesures d'économies qui viendront s'additionner aux 50 milliards d'euros déjà annoncés par François Hollande.

Le programme de stabilité présenté fin avril

Manuel Valls aurait également annoncé, selon le député PS de Meurthe-et-Moselle Christian Eckert, que la présentation de la trajectoire des Finances pour 2015-2017, le pacte de stabilité, sera repoussée de mi-avril à fin avril. "Il a dit qu'elle donnerait lieu à un vote", a-t-il précisé.

Selon l'AFP, qui cite de son côté des sources au ministère des Finances et des Comptes publics, la présentation de ce document a plus précisément été repoussée d'une semaine.

Paris est tenue de communiquer cette trajectoire à la Commission européenne, qui peut ensuite émettre des recommandations.

Un nouveau gouvernement a souvent recours aux collectifs budgétaires pour marquer son arrivée au pouvoir. En 2012, Jean-Marc Ayrault avait ainsi utilisé un collectif budgétaire, en juillet, pour abroger la défiscalisation des heures supplémentaires et la TVA sociale de Nicolas Sarkozy.

J.M. avec agences