BFM Business

Un an après, Hollande face aux débuts difficiles du pacte de responsabilité

Il y a un an jour pour jour, François Hollande annonçait aux Français son pacte de responsabilité

Il y a un an jour pour jour, François Hollande annonçait aux Français son pacte de responsabilité - Patrick Kovarik - AFP

Le président de la République présente ce mercredi 31 janvier ses vœux aux Français. Lors du même exercice, il y a un an, il avait annoncé son dispositif phare, le pacte de responsabilité, qui va tout juste entrer en vigueur le 1er janvier.

François Hollande se retrouve à nouveau face aux Français. Ce mercredi 31 décembre, le président de la République va présenter ses vœux à l'occasion d'une allocution télévisée prévue pour 20h.

Il y a pile un an, lors du même exercice, le président de la République annonçait aux Français son dispositif phare: "le pacte de responsabilité".

François Hollande affirmait alors que ce "pacte" était "fondé sur un principe simple: moins de charges sur le travail, moins de contraintes sur leurs activités, et, en même temps, une contrepartie: plus d'embauches et plus de dialogue social". Le tout devait ainsi permettre de remporter "la bataille de l'emploi".

Une entrée en vigueur dès jeudi

Un an après, le dispositif va tout juste démarrer. Au 1er janvier la première vague du pacte entrera en vigueur avec, notamment, une baisse des cotisations patronales sur les rémunérations allant jusqu'à 1,6 SMIC. Ce qui doit permettre de baisser le coût du travail de 4%.

Deux autres trains de mesures surviendront en 2016 puis 2017, permettant notamment de réduire le taux de l'impôt sur le revenu et de supprimer progressivement la contribution sociale de solidarité (C3S).

Un échec ou une réussite?

Toutefois ce pacte a peiné à remporter l'adhésion du patronat. A tel point que, début décembre, Emmanuel Macron avait estimé que les négociations autour des contreparties du pacte en termes d'emploi et de formation, qui se font au niveau des branches professionnelles, étaient "un échec". Le ministre de l'Economie imputait alors cet échec au Medef, accusant ainsi l'organisation patronale de ne pas jouer le jeu.

Manuel Valls avait ensuite rectifié le tir le 7 décembre dernier, en assurant "être convaincu que ce pacte sera une réussite et qu'il produira ses effets". Il estimait alors qu'Emmanuel Macron "n'avait pas dit" que le pacte "était un échec" mais que "l'on avançait pas assez vite sur les accords avec les partenaires sociaux".

2015 sera donc la première année de vérité pour le pacte de responsabilité. Reste à savoir si ce dispositif aidera réellement l'exécutif à remporter "la bataille de l'emploi". Le gouvernement espère que le pacte de responsabilité permettra de créer 190.000 postes d'ici à 2017. En juillet dernier, l'Ifrap , un think tank libéral, tablait sur une fourchette bien plus faible, allant de 60.000 à 80.000 créations d'emplois.

Julien Marion