BFM Business

Ukraine: Bercy met en garde contre les mouvements de fonds suspects

La cellule de luttre contre le blanchiment d'argent de Bercy alerte sur l'Ukraine

La cellule de luttre contre le blanchiment d'argent de Bercy alerte sur l'Ukraine - -

Tracfin, la cellule de lutte contre le blanchiment d'argent et la délinquance financière de Bercy, a mis en garde, vendredi 28 février, contre les mouvements de fonds douteux en provenance d'Ukrainiens.

Les évènements politique actuels en Ukraine pourraient avoir des conséquences financières indirectes en France. Hier vendredi 28 février, Tracfin, la cellule de Bercy chargée de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme a ainsi mis en garde les établissements et les intermédiaires financiers français contre des mouvements de fonds suspects effectués en France par des responsables déchus ukrainiens.

Dans un appel publié sur le site du ministère, la cellule indique qu"une attention particulière devra être portée sur les éléments d'information relatifs à l'origine et à la destination des fonds concernés ainsi qu’à l’objet de l’opération et à l’identité précise des personnes qui en sont les donneurs d’ordre et les bénéficiaires effectifs, y compris dans les cas où ces donneurs d’ordre et bénéficiaires agissent au travers de structures juridiques écrans ou par l’intermédiaire de mandataires ou de personnes interposées".

Tracfin soupçonne certains dirigeants ou responsables ukrainiens mis en cause dans les évènements récents et disposant de fonds ou valeurs en France de vouloir les mettre en sécurité dans des paradis fiscaux avant qu'ils ne soient gelés.

L'Union européenne avait décidé, le 20 février, de prendre des sanctions ciblées, y compris des interdictions de visas et des gels d'avoirs, contre des personnalités proches de l'ex-président Viktor Ianoukovitch, et soupçonnées d'avoir joué un rôle dans les violences à Kiev.

Retraits limités à 1.095 euros par jour

Vendredi 28 février, la Suisse a d'ailleurs gelé les avoirs de 20 responsables ukrainiens, en majorité des ministres déchus du précédent gouvernement, ainsi que ceux du président Viktor Ianoukovitch et de son fils Alexandre, dont la fortune est estimée à plus de 500 millions de dollars (environ 360 millions d'euros). En parallèle, une enquête pénale a été lancée à l'encontre des deux pour "blanchiment".

De son côté, l'Autriche a gelé les avoirs de 18 Ukrainiens soupçonnés d'atteintes aux droits de l'Homme et de corruption, sans divulguer leurs noms.

Vendredi également, la Banque centrale ukrainienne a décidé de limiter à 15.000 hryvnias ( soit 1.095 euros) le montant maximal quotidien qui peut être retiré dans les banques du pays.

La devise ukrainienne, la hryvnia, a perdu le quart de sa valeur depuis le début de l'année, alors que les inquiétudes des investisseurs se multiplient avec la crise politique.

P.C