BFM Business

Pierre Moscovici : " un budget crédible qui a de l'ambition"

Le ministre de l'économie va revoir à la baisse la prévision de croissance pour 2013

Le ministre de l'économie va revoir à la baisse la prévision de croissance pour 2013 - -

Invité de BFMTV/RMC, au lendemain de l'intervention télévisée du chef de l'Etat, le ministre de l'Economie et des Finances a précisé les annonces de celui-ci sans toutefois vouloir s'engager sur la hausse de la CSG.

Pierre Moscovici a confirmé le chiffre de 0,8% de croissance pour 2013 évoqué dimanche 9 septembre sur TF1 par François Hollande.

Ce qui doit se traduire par 30 ou plus surement 35 milliards d'euros de recettes ou d'économies dans le budget de l'année prochaine, a-t-il reconnu. "Du sérieux de gauche", s'est-il exclamé à propos des mesures annoncées par François Hollande. "Il s'agit d'un budget crédible mais qui a de l'ambition".

Concernant le gel du barème de l'impôt sur le revenu, la disposition qui touchera le plus grand nombre de personnes, le ministre de l'Economie a rappelé, qu'à la différence du système actuel voté sous Nicolas Sarkozy, les contribuables ayant des revenus inférieurs à 26 000 euros bénéficieront du mécanisme de la décote. Ils ne devraient donc pas voir leur impôt bondir.

Muet sur la CSG

Pierre Moscovici a, en revanche, été peu locace sur une éventuelle hausse de la CSG en 2013 pour compenser la baisse des charges salariales. Il a préfére rappeler que d'autres pistes de financement, comme la fiscalité écologique, étaient possibles. De même, il n'a pas voulu s'engager sur la hausse des taxes sur la bière, évoquée depuis quelques jours.

A propos des exils fiscaux, sujet relancé ce week-end par la demande de nationalité belge de Bernard Arnault, il a estimé qu'il "serait bon que les conventions fiscales signées entre la France et certains pays soient renégociées". Il a évoqué la Belgique, le Luxembourg ou la Suisse, à la fiscalité généreuse à l'égard des grandes fortunes.

BFM Business