BFM Business

Nicolas Hulot et Greenpeace passent l'examen de la Cour des comptes

La Cour des comptes s'est penchée sur les finances de la fondation Nicolas Hulot et de Greenpeace France

La Cour des comptes s'est penchée sur les finances de la fondation Nicolas Hulot et de Greenpeace France - -

L’institution qui traque les incohérences des budgets s’est penchée sur les comptes de la fondation Hulot et de l’association écologique Greenpeace. Dans ses rapports publiés ce 2 octobre, elle distribue pas mal de bons points, mais aussi quelques mauvais.

En tant que Vigie des finances publique, la Cour des comptes examine les finances des institutions, des organismes publics, mais aussi celles des associations. Ce mardi, elle a publié deux rapports sur la gestion pécuniaire d'organisations non gouvernementales à vocation écologique: un sur la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et pour l’Homme, et un second sur Greenpeace France. La Cour en est globalement satisfaite, mais pointe toutefois quelques irrégularités.

Deux ministères font des cadeaux à Nicolas Hulot

Penchons-nous d’abord sur la fondation du candidat malheureux à la primaire écolo, Nicolas Hulot. Créée en août 1996, sa fondation est la première reconnue d’utilité publique dans le domaine de l'environnement. A ce titre, elle touche des dotations de l’Etat qui équivalent à 12% de son budget total. Si la Cour des comptes ne remet pas en cause l’usage de ces fonds, elle note deux exceptions. Parmi lesquelles, le "cadeau" fait par le ministère de la Culture de sa participation financière à la rénovation d’un navire de la fondation.

Le bateau "Fleur de Lampaul" constituait l’essentiel du patrimoine immobilier de la Fondation Nicolas Hulot jusqu’en 2010. A cette date, l’ONG a revendu 51% des parts du bâtiment, sans alerter le ministère de la Culture, ce qui en soit est une faute.

Mais ce n’est pas tout. La rue de Valois avait subventionné au milieu des années 2000 la restauration de ce gréement construit en 1948 et classé monument historique. Au moment de la vente, le ministère aurait dû réclamer le remboursement de tout ou partie des 230 000 euros ainsi investis, ce qu’il n’a pas fait.

Greenpeace n'utilise pas assez ses fonds pour des missions sociales en France

Maintenant, Greenpeace. La Cour des comptes constate que l’entité nationale du mouvement, qui revendique son refus de tout fonds provenant de donateurs publics ou d’entreprises, respecte bien ce principe. Elle note en outre que le nombre de donateurs de l’association a fortement crû ces dernières années, en parallèle de ses ressources qui atteignaient 14 millions d’euros en 2011.

Ici, l’institution de la rue Cambon regrette que le total des fonds consacrés aux missions sociales en France de l’entité nationale ne dépasse que très légèrement la moitié de l’emploi des ressources collectées. Par ailleurs, elle dénonce que 20 % des ressources collectées par Greenpeace France sont envoyé au siège de l’ONG internationale. La Cour n’a donc pas la compétence pour examiner la gestion de ces fonds en dehors de sa juridiction.

Finalement, la Cour des comptes accorde un satisfecit global aux deux associations. Mais pas plus que les autres organisations dont les comptes sont épluchés par l'institution, les porte-drapeaux des écolos de l'Hexagone n'ont des finances 100% propres!

Nina Godart